Mardi 11 décembre 2018

Musée - Restauration

Un Christ de Titien très endommagé après une chute

Par Elise Kerner-Michaud · lejournaldesarts.fr

Le 5 octobre 2018 - 347 mots

SAINT-LAURENT-DE-L'ESCURIAL / ESPAGNE

Un tableau du maître vénitien s’est détaché d’un mur du monastère de l’Escurial et sa chute a provoqué une large déchirure de la toile.

Le Titien - La Crucifixion (détail) - Monastère royal de San Lorenzo del Escorial
Le Titien (Tiziano Vecellio - 1488-1576), La Crucifixion (détail), c. 1565, huile sur toile, 242 x 137 cm, Madrid, Monastère royal de San Lorenzo del Escorial

Dans la nuit de mardi à mercredi, un tableau représentant un Christ crucifié peint par Titien, a été gravement endommagé par une chute accidentelle. L’œuvre, exposée au monastère de l’Escurial, s’est en partie décrochée du mur sur lequel elle était fixée et, heurtant une commode, la toile s’est déchirée horizontalement sur près de 90 cm. 

Le Titien - La Crucifixion - Monastère royal de San Lorenzo del Escorial
Le Titien (Tiziano Vecellio - 1488-1576), La Crucifixion, c. 1565, huile sur toile, 242 x 137 cm, Madrid, Monastère royal de San Lorenzo del Escorial

Alfredo Perez de Arminan, président du patrimoine national, a expliqué au quotidien espagnol ABC que le tableau mesurant 2,42 mètres de haut et 1,37 mètre de large, était accroché par un système de fixations multiples avec deux attaches dans la partie supérieure et deux attaches dans la partie inférieure. Seules celles du haut ayant cédé, l’ensemble s’est replié sur lui-même et la toile a heurté de face un meuble placé sous elle, contre le mur. Il semblerait que la fixation elle-même ne soit pas en cause et le décrochement serait dû à l’effritement du plâtre du mur. Toute hypothèse de négligence voire de vandalisme est écartée. 

Le tableau avait été accroché il y a un peu plus d’an, après avoir été montré au musée Thyssen à Madrid lors d’une exposition consacrée à la Renaissance italienne. Perez de Arminan met cet incident sur le compte des coupes budgétaires qui ont affecté la culture expliquant : « Versailles a un budget de 100 millions. Nous gérons vingt Versailles avec seulement 127 millions ». Par conséquent, selon lui : « Il n’est pas possible de tout contrôler. Nous ne bénéficions pas des moyens humains et matériels pour contrôler chaque mètre carré d’œuvres d’art du patrimoine national. » Le président a cependant annoncé que toutes les fixations de la sacristie de L’Escurial où se trouvait le tableau de Titien seraient inspectées. 

Les premières analyses des dégâts permettent cependant d’être optimiste quant à sa restauration. La figure du Christ n’a pas été touchée et aucune couche picturale n’a été perdue. Pour le moment, aucune indication du temps nécessaire à sa restauration n’a été faite.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque