Mercredi 26 février 2020

Art non occidental

Le Musée des civilisations de l’Islam en sursis

Quel avenir pour le Musée des civilisations de l’Islam ?

Le musée privé sis à La Chaux-de-Fonds en Suisse a perdu son principal bailleur de fonds, l’ONG Qatar Charity, après la publication d’un livre polémique sur le sujet. Sa directrice et fondatrice reste optimiste.

Ouvert en 2016 à La Chaux-de-Fonds, ce musée privé retrace quinze siècles d’histoire des civilisations de l’Islam. Les « Qatar Papers », révélés par deux journalistes l’an dernier, ont remis en question le financement de son fonctionnement, posant la question de sa survie.

La Chaux-de-Fonds (Suisse). Il y a quatre ans, en mai 2016, ouvrait au cœur du Jura suisse dans la ville horlogère de La Chaux-de-Fonds, terre natale de Blaise Cendrars et de Le Corbusier, un « Musée des civilisations de l’Islam » (MuCivI) ; un « musée sensuel et technologique » pour reprendre les termes à l’aide desquels le journal Le Temps décrivait avec emphase le nouveau venu sur la scène muséale suisse. Car dans ce musée sans collections et presque sans objets, qui a pris ses quartiers dans un ancien immeuble Art nouveau de la ville, on est invité à effectuer sa visite dans six salles animées d’écrans et d’installations interactives muni d’un audioguide.

Le parcours, historique, retrace quinze siècles de civilisations musulmanes – en prenant pour point de départ la Révélation de Mahomet et en s’étendant jusqu’à la « réinvention » contemporaine de l’islam. Les textes audio sont descriptifs, factuels, la muséographie ludique et attrayante. Maître mot de l’exposition : la pluralité de l’Islam. Pour Nadia Karmous, sa directrice, il s’agit avant tout d’« offrir un lieu de savoirs et de connaissances, de tenter d’apporter des éclaircissements et une approche de réponse aux questions que la société, que les gens peuvent se poser au sujet de l’islam ». Et d’insister sur la volonté d’ouverture au niveau des publics : « Le musée s’adresse à tous les publics pour autant que ceux-ci soient curieux. » C’est de la volonté de cette femme, par ailleurs présidente de l’Association culturelle des femmes musulmanes de Suisse et de l’Institut culturel musulman de Suisse, qu’était né ce projet de longue haleine, pour lequel quinze années de gestation auront été nécessaires.

La polémique pourtant née à la fin du printemps 2019 avec la publication des « Qatar papers » est venue bouleverser ce paisible début d’activité. Jusque-là, l’accueil du projet muséal à La Chaux-de-Fonds ne s’était pas fait sans accrocs localement parlant, et ce bien que la ville soit par ailleurs une terre d’accueil pour une population de religion musulmane issue principalement des régions des Balkans. « Il a suscité (et il suscite encore) le débat. Tout le monde n’en a pas une bonne image », admet le muséologue qui a conçu le parcours du MuCivI, Olivier Schinz. « Beaucoup avaient peur d’y trouver un lieu fermé et dogmatique, mais l’ouverture du lieu – intellectuelle notamment – leur a permis de s’intéresser au sujet traité. »

Une programmation culturelle fournie avait fini par convaincre habitants et édiles communales que le musée ne versait pas dans le prosélytisme. Mais ce n’est pas tant le contenu du musée que son financement qui a provoqué la controverse. La publication en avril 2019 de Quatar Papers (éd. Michel Lafon), écrit par les journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot, a en effet mis en évidence le financement par le Qatar de projets en Europe par l’intermédiaire de sa puissante ONG, la Qatar Charity – notamment en Suisse où les fonds alloués à plusieurs mosquées (Prilly [Vaud] Bienne, La Chaux-de-Fonds et Lugano) ainsi qu’au MuCivI ont été pointés du doigt. Les 4 millions de francs suisses (3,7 M€ environ) nécessaires à l’établissement de ce musée provenaient en effet de mécènes des pays du Golfe, principalement le Koweït et le Qatar, via la Qatar Charity. La liste des donateurs avait cependant été annoncée de manière transparente à l’inauguration du MuCivI.

Retrait de la Qatar Charity

À la suite à la publication des « Qatar papers » et afin de faire taire la polémique, la Qatar Charity a annoncé la cessation immédiate de ses activités et donations en Europe. Un désengagement fatal pour ce musée privé ? Pour le muséologue du MuCivI, ce constat est à tort alarmiste : « Aucune promesse n’avait été faite par cette ONG, et nous savions donc bien que, dès l’ouverture, tous les financements seraient à trouver pour le fonctionnement du lieu. » Or, l’institution avait bien annoncé compter sur les revenus issus d’un projet immobilier de 57 appartements promis à un investissement de 22 millions de francs suisses, sur la parcelle jouxtant le musée pour financer les coûts de fonctionnement du MuCivI. Un projet controversé, teinté de communautarisme pour Saïda Keller-Messahli, présidente du Forum pour un islam progressiste de Suisse qui critique, intégrées au projet, la piscine à horaires alternés entre les hommes et les femmes et une salle de prière.

Selon les médias suisses, le projet immobilier serait à présent lui aussi à l’arrêt, faute de financements, ce qui pourrait menacer le musée. Une assertion que réfute Olivier Schinz : « Le projet immobilier n’est pas arrêté. L’objectif est toujours le même : construire des logements sur les parcelles jointes, agrandir dans la foulée le musée pour lui offrir un espace d’expositions temporaires, et bénéficier d’une partie des revenus immobiliers pour garantir une assise financière indépendante au MuCivI, ce qui est évidemment le but de la direction. » Même tonalité optimiste chez Nadia Karmous : « Le musée a trouvé de nouveaux donateurs qui ont été sensibles à cet acharnement médiatique. Nous sommes confiants. Le musée a un bel avenir. » Polémique sans fondement ou nécessité de recadrer le projet ? Une chose est sûre : s’il a fallu de la pugnacité et de la force de conviction à sa directrice pour donner vie au MuCivI, il lui en faudra vraisemblablement beaucoup encore pour réussir à établir durablement ce musée d’un nouveau genre dans le paysage muséal suisse.

Musée des civilisations de l’Islam,
avenue Léopold-Robert 109, La Chauds-de-Fonds, Suisse, ouvert du mardi au dimanche 14h-18h, mucivi.ch

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°539 du 14 février 2020, avec le titre suivant : Quel avenir pour le Musée des civilisations de l’Islam ?

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque