Vendredi 23 octobre 2020

Musée

L’Institut indonésien des arts face à l’Islam radical

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 28 septembre 2016 - 450 mots

YOGYAKARTA (INDONESIE) [28.09.16] – Un groupe de professeurs de la plus importante institution d'enseignement des arts d'Indonésie veut interdire la représentation des êtres vivants. Trois cents personnes ont récemment manifesté sur le campus pour s’opposer à ces idées radicales.

Certains étudiants et professeurs affiliés au groupe radical Hizbut Tahrir Indonesia (HTI) sèment l’inquiétude au sein de l'Institut indonésien des arts (ISI) de Yogyakarta, rapportent les journalistes Prihandoko et Shinta Maharani dans un article publié le 16 septembre dans l’hebdomadaire indonésien Tempo. Dans cet établissement d'enseignement supérieur d’état qui regroupe la faculté des arts plastiques, la faculté des arts de la scène et la faculté des arts médiatiques, certains professeurs radicaux souhaitent bannir toute représentation des êtres vivants et réduire les arts plastiques à la calligraphie.

Repris dans l’édition du 22 septembre (n° 1351) du Courrier International, l’article montre comment cette minorité radicale diffuse sa propagande et tente d’enrôler les étudiants musulmans du campus : « Lors de la prière du vendredi dans la mosquée du campus, non seulement leur imam répand l’idée d’un califat, mais dans son prêche, il glisse des ordres pour que les fidèles cessent de dessiner, de peindre ou de sculpter des représentations d’êtres vivants ».

Dans ce pays où la liberté de religion est stipulée dans la constitution, 87,2 % de la population pratique l'islam selon un recensement de la CIA. Sept professeurs de l’ISI seraient membre du groupe politique transnational HTI, à l’image de ce professeur qui refuse d’enseigner l’anatomie plastique des êtres humains et des animaux, une pratique qui selon lui « va à l’encontre de ses convictions religieuses ».

Caki Arok Subagyo, le président du bureau exécutif des étudiants de l’ISI, a rassemblé trois cents personnes pendant trois jours successifs pour manifester contre la radicalisation de certains enseignements. A travers la récitation d’une « version culturelle du Coran » et les discours de chefs religieux et d’intellectuels musulmans, « ils ont fait entendre l’importance de la tolérance et du respect du pluralisme dans l’islam ».

Située à Yogyakarta dans le centre de l’île de Java, l’ISI est la plus importante institution d'enseignement des arts d'Indonésie. Elle a été fondée en 1984 pour remplacer trois établissements : l'ASRI (Académie indonésienne des arts plastiques, fondée en 1950, cinq ans après la déclaration d’indépendance de l’Indonésie), l'AMI (Académie indonésienne de musique, fondée en 1952) et l'ASTI (Académie indonésienne de danse, fondée en 1961). La ville est connue comme un centre de l'art classique javanais et plus particulièrement pour son orfèvrerie.

Avec l’implantation de la foire Art Stage Singapour en Indonésie (Art Stage Jakarta) et l’ouverture prochaine du Musée Macan (Musée d'Art Moderne et Contemporain de Nusantara), la scène artistique contemporaine de l’Indonésie est en pleine dynamique.

Légendes photos

Entrée de l'Institut indonésien des arts de Yogyakarta et étudiants à l'ISI - Photos ISI

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque