Samedi 24 février 2018

Nasher, l’étudiant modèle

Le Journal des Arts

Le 11 août 2008

Le magnat de l’immobilier Raymond D. Nasher vient d’annoncer qu’il offrait une subvention de 7,5 millions de dollars (environ 42 millions de francs) pour la construction d’un musée qui portera son nom, sur les terrains de son ancienne université, la Duke University à Dallas. Ce geste intervient moins d’un an après une spectaculaire donation du mécène et collectionneur texan pour la réalisation d’un jardin de sculpture adjacent au Dallas Museum of Art.

DURHAM, CAROLINE DU NORD (de notre correspondant) - L’année dernière, Raymond Nasher annonçait qu’il offrait plus de 30 millions de dollars (166 millions de francs) pour la création d’un jardin de sculpture attenant au Dallas Museum of Art, partie prenante du projet. En outre, le promoteur immobilier et collectionneur s’engageait à prêter trois cents de ses sculptures modernes monumentales, auxquelles le Guggenheim venait de consacrer une grande exposition.

Les travaux du parc n’ont pas encore commencé que déjà Raymond Nasher proclame son intention de participer à hauteur de 7,5 millions de dollars (environ 42 millions de francs) au projet de construction d’un nouveau bâtiment pour le musée de la Duke University.

“Nous voulons construire un édifice qui s’inscrive dans l’histoire de l’architecture et attire des visiteurs en Caroline du Nord”, explique Michael Mezzatesta, directeur de l’actuel musée, qui, depuis son ouverture il y a trente ans, occupe un vieux bâtiment de style géorgien, autrefois consacré à l’enseignement des sciences, sur le campus-est de l’université.

Les préférences du conservateur vont clairement à une architecture classique et sobre, proche de celle du Kimbell Art Museum – où il a travaillé –, plutôt qu’à des formes radicales comme celles du Guggenheim à Bilbao. Le choix des architectes n’est cependant pas encore fixé. L’université hésite entre cinq cabinets : Herzog & De Meuron, Cesar Pelli, Stephen Holl, Pei Cobb Freed & Partners ou Raphael Vinoly.

Un autre jardin de sculpture
Construit sur un site de quelque 3,5 hectares longeant la route qui relie les deux campus de l’université, le futur Nasher Museum of Art de la Duke University sera doté d’une surface d’environ 15 000 m2. Une partie sera consacrée aux expositions temporaires que l’établissement organise régulièrement, telle que “La peinture espagnole sous le règne de Philippe III” actuellement en préparation. Une autre accueillera les 12 000 pièces encyclopédiques du fonds permanent, principalement riche en objets précolombiens, en peinture russe postérieure à 1812, en œuvres d’art du Moyen Âge et de la Renaissance achetées en 1966 au marchand new-yorkais Ernest Brummier. Enfin, outre les bureaux, les salles de conférence, l’auditorium et les traditionnels café et boutique, le musée comprendra également un jardin de sculpture d’environ un hectare et demi, pour lequel Raymond Nasher devrait prêter des œuvres. Le chantier de construction devrait commencer dans le courant de l’année.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°76 du 5 février 1999, avec le titre suivant : Nasher, l’étudiant modèle

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque