Vendredi 27 novembre 2020

Unesco

L’épave du Titanic protégée par l’Unesco

Par Thomas Bizien · lejournaldesarts.fr

Le 10 avril 2012 - 371 mots

PARIS [10.04.12] – L'Unesco vient d’inclure les restes du mythique paquebot dans son programme de protection du patrimoine culturel subaquatique. PAR THOMAS BIZIEN

Les trésors du Titanic sont sanctuarisés. Cent ans après avoir sombré au large de Terre-Neuve, le paquebot vient de bénéficier de la protection de la convention de l’Unesco sur le patrimoine culturel subaquatique. « Désormais, les Etats parties à la Convention pourront interdire la destruction, le pillage, la vente et la dispersion des objets trouvés sur le site » a précisé l’organisation onusienne. La quarantaine de pays signataires sont ainsi invités à « prendre toutes les mesures en leur pouvoir pour protéger l’épave et faire en sorte que les restes humains soient traités dignement ».

Cent ans après son naufrage, le Titanic attise toujours les curiosités. Depuis sa localisation en 1985, des expéditions touristiques polluent régulièrement le site de fleurs en plastique et de plaques commémoratives destinées à honorer le souvenir des 1500 disparus. Malgré ses 4 000 mètres de fond, l’épave du Titanic reçoit également les visites incessantes de plongeurs qui tentent de mettre la main sur les trésors des passagers et ramener à la surface des pièces qui sont ensuite vendues ou exposées. « On ne tolère pas que le patrimoine culturel terrestre soit pillé, il doit en aller de même pour les trésors engloutis », a déclaré la Directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova.

Jusqu’à présent, le Titanic ne pouvait pas bénéficier de la protection de la convention sur la protection du patrimoine subaquatique, applicable uniquement aux vestiges immergés depuis au moins cent ans. Le Titanic, qui a coulé durant l’été 1912, y a aujourd’hui droit. Adoptée en 2001, cette convention vise à assurer une meilleure protection des épaves et autres vestiges culturels reposant sous l’eau. La France ne l’a pas ratifié.

L’annonce de l’inscription de l’épave du Titanic lors de cette convention a été l’occasion pour la Directrice générale de l’ONU, d’exprimer son inquiétude face à d’autres pillages de vestiges subaquatiques : « Il existe des milliers d'autres épaves à protéger. Toutes ces épaves anciennes sont des sites archéologiques qui présentent une valeur scientifique. Elles sont aussi la mémoire de tragédies humaines qui doivent être traitées avec le respect qui leur est dû. »

Légende photo

Willy Stöwer - "Titanic sinking" - 1912 - source Wikipedia

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque