Samedi 22 février 2020

Musée

Le Prado va réhabiliter une partie du Palais du Buen Retiro pour y installer ses collections

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 26 octobre 2015 - 681 mots

MADRID (ESPAGNE) [26.10.15] – Le Musée du Prado vient d’obtenir du gouvernement la propriété du bâtiment abritant la salle des Royaumes, inoccupé depuis le départ du Musée de l’Armée en 2009. Ce bâtiment, qui fait partie du palais du Buen Retiro, devrait être réhabilité d’ici 2019, pour le bicentenaire du musée, et consacré à des expositions transversales conçues en partenariat avec d’autres musées.

L'avenir du Musée du Prado passe par la réhabilitation de l'ancien Musée de l'Armée, qui occupait le bâtiment de la salle des Royaumes, une partie du palais du Buen Retiro, jusqu'à son transfert en 2009 à l'Alcazar de Tolède. El País rapporte que le ministre espagnol de la Culture, Íñigo Méndez de Vigo, a signé la semaine dernière le transfert de propriété de la salle des Royaumes de l’Etat au musée madrilène, point de départ de cet ambitieux projet de réhabilitation et d’extension.

Selon El País, le projet sera mis en oeuvre dans un avenir plus ou moins proche, en fonction de la disponibilité économique et de la volonté politique. Toutefois, moins de deux mois avant les prochaines élections, Íñigo Méndez de Vigo a déclaré que cette rénovation pourrait être achevée à l'horizon 2019, lorsque le Prado célébrera le bicentenaire de la naissance de l'un des musées les plus importants du monde. Le ministre de la Culture a détaillé quelques lignes du programme : dédier les spacieuses salles de ce palais érigé en 1630 à des expositions thématiques et transversales, plus durables que des expositions temporaires, et ouvertes à la collaboration avec d’autres musées. Cependant il n’a pas précisé le montant total du projet.

Le plan initial de rénovation et de réagencement des 8 000 mètres carrés de la salle des Royaumes, conçu il y a six ans par le Musée du Prado, était estimé à un coût total de près de 90 millions d’euros. Cependant ce montant a été considérablement réduit, bien que le ministre de la Culture n’ait pas communiqué le coût exact du nouveau projet, car certaines options, comme des excavations souterraines, ont été abandonnées. Le Prado gagnera tout de même 16 % d'espace d'exposition en plus, c’est-à-dire 2 500 mètres carrés.

L’objectif du musée est qu’un tiers du financement soit assuré par des entreprises du secteur privé, qui bénéficieront d’avantages fiscaux importants, en vertu de la déclaration du gouvernement selon laquelle le bicentenaire du musée est considéré comme un événement d'intérêt public exceptionnel. Pour l'instant, le ministère de la Culture a alloué un million d'euros dans le budget pour l'année prochaine pour lancer un concours international pour la rédaction du projet architectural, qui devra prendre en compte plusieurs aires protégées, comme la salle arabe ou la salle des Royaumes.

En tout cas, le projet sera « austère », a précisé le directeur du Prado Miguel Zugaza. Ce dernier espère qu’il n’y aura pas « beaucoup de dépenses » sur la façade, bien qu’il faille la modifier légèrement. « Le bâtiment est bien défini et ce qui doit être résolu c’est comment accéder et se déplacer autour du musée et le situer sur le campus – formé par le bâtiment historique de Villanueva, le cloître des Jerónimos et le Casón del Buen Retiro - . Ce bâtiment est très peu connu et il est nécessaire qu’il se voie parmi le reste des installations ».

Situé à l'arrière de la Casón del Buen Retiro, le bâtiment est fermé depuis 2010 et a besoin d'une intervention majeure. Des brèches et des zones gravement endommagées sont visibles sur la façade de ce palais du XVIIe siècle, qui abritait une partie de la collection de peintures aujourd'hui exposées dans le Prado. La salle des Royaumes était notamment tapissée de douze scènes de batailles, dont La Reddition de Breda de Velázquez, de portraits équestres de Philippe IV, et de toiles grands formats de Castello et Zurbarán, entre autres. Miguel Zugaza a suggéré que ces salles hautes sous plafonds, décorées par le roi Philippe IV pour impressionner les ambassadeurs étrangers, pourraient notamment accueillir une grande exposition sur les relations de l’Espagne avec l’Amérique et le processus d’indépendance des pays d’Amérique latine.

Légende photo

Le Salon des Royaumes, faisant partie du Palais du Buen Retiro à Madrid © Photo Outisnn - 2009 - Licence CC BY-SA 3.0

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque