Lundi 10 décembre 2018

Patrimoine

Le palais Stoclet à vendre

Par Martin Bailey · Le Journal des Arts

Le 2 août 2007 - 500 mots

Le chef-d’œuvre de Josef Hoffmann construit à Bruxelles est au centre d’une bataille entre ses actuels propriétaires.

BRUXELLES - L’avenir du palais Stoclet, hôtel particulier construit par l’architecte Josef Hoffmann à Bruxelles entre 1905 et 1911, demeure très incertain, en dépit de l’intérêt de son intérieur conçu par des artistes de la Sécession viennoise. En novembre 2006, le gouvernement régional de Bruxelles a classé deux cent quatre-vingt-neuf objets dans la maison, principalement du mobilier et de l’argenterie des Wiener Werkstätte, pour éviter leur dispersion. L’ensemble a été estimé par Christie’s à hauteur de 30 millions d’euros. Le bâtiment et le jardin étaient pour leur part déjà classés.
Situé avenue de Tervuren, dans ce qui était au début du XXe siècle les faubourgs est de la capitale belge, l’hôtel a été construit pour l’ingénieur et financier Adolphe Stoclet et son épouse Suzanne. Son intérieur a été pensé comme une œuvre d’art totale. Il comprend notamment une importante composition murale de Gustav Klimt dans la salle à manger.
En 2002, la propriété du palais Stoclet a échu à quatre petites-filles d’Adolphe et Suzanne. Trois d’entre elles semblent avoir eu la volonté de vendre le palais. Selon nos informations, Ronald S. Lauder, ancien ambassadeur des États-Unis d’Amérique à Vienne et fondateur de la Neue Galerie à New York, était prêt à acheter l’ensemble pour 100 millions de dollars. Cette somme aurait été rejetée par les Stoclet, qui en espéraient davantage. Après l’acquisition par Ronald S. Lauder de l’œuvre restituée de Klimt, le Portrait d’Adèle Bloch-Bauer, pour 135 millions de dollars, certains estiment que le prix de la maison devrait logiquement être réévalué. Les trois sœurs s’attendraient aujourd’hui à des propositions avoisinant 300 millions d’euros.
Pourtant, des spécialistes estiment que leurs prétentions sont trop élevées. Sur le marché de l’immobilier bruxellois, l’hôtel particulier pourrait être estimé autour de 20 millions d’euros, son contenu (actuellement classé) près de 30 millions d’euros, et l’œuvre murale de Klimt (qui ne peut être détachée du mur) environ 50 millions d’euros, ce qui donnerait un total de 100 millions d’euros.

Demande d’annulation de classement
Trois des quatre sœurs Stoclet (Catherine, Dominique et Nèle) ont adressé une demande au Conseil d’État de Bruxelles pour demander l’annulation du classement du mobilier et de l’argenterie, et ont aussi saisi la justice. La quatrième sœur, Aude, est la seule à s’y opposer, souhaitant que le contenu ne soit pas dissocié de la maison pour préserver l’ensemble.
Philippe Stoclet, l’un des petits-fils, ne dispose aujourd’hui d’aucun intérêt financier dans la propriété, mais il milite pour la préservation de la maison et son ouverture au public. Il soutient aussi la demande déposée en 1998 par le service des Monuments et Sites de la Région de Bruxelles-Capitale afin que le palais soit inscrit en tant que site du patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.
Pendant ce temps, certains s’inquiètent de l’état de conservation du palais Stoclet. Alors que les pièces principales ont toujours été bien entretenues, la façade du bâtiment présente aujourd’hui des signes visibles de détérioration.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°257 du 13 avril 2007, avec le titre suivant : Le palais Stoclet à vendre

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque