Mercredi 6 juillet 2022

Contrefaçon - Musée

Le Musée national slovène annule une exposition : trop de faux

Par Paul Bérat · lejournaldesarts.fr

Le 14 juin 2022 - 431 mots

LJUBLJANA / SLOVENIE

Plusieurs experts ont pointé les faux de la collection Boljkovac qui devait être exposée. Le directeur du musée démissionne.

Musée national slovène à Ljiubljana. © Ziga, 2006, public domain
Musée national slovène à Ljiubljana.
© Ziga, 2006

Intitulée « Voyages », l’exposition temporaire qui devait s’ouvrir la semaine dernière au Musée national slovène, à Ljubljana, a été brusquement annulée. Elle n’emmènera donc personne à la découverte de la collection d’art de la famille Boljkovac. Telle était pourtant son ambition. Certaines des 160 œuvres qui devaient y être exposées seraient en fait des contrefaçons.

Organisée en quelques mois, cette exposition promettait d’offrir à voir des œuvres d’artistes de renom comme Marc Chagall, Pablo Picasso, Kasimir Malevitch, Vincent Van Gogh, Henri Matisse ou encore Joseph William Turner. Cependant, quelques jours avant son ouverture, des historiens de l’art ont émis des doutes sur leur authenticité. « Ce sont des contrefaçons. Il n’y a pas besoin d’être un expert pour s’en rendre compte […]. Le montant de l’assurance à payer pour l’exposition de telles œuvres devrait être bien plus élevé », a indiqué l’historien Brane Kovič. « L’affaire est scandaleuse ! », a ajouté l’expert Aleksander Bassin.

Le directeur du musée Pavel Car s’est d’abord porté garant de l’authenticité des œuvres qui devaient y être présentées. Il a affirmé avoir eu entre ses mains leurs certificats. D’après lui, la critique a été « trop rapide ». Puis, il a reconnu avoir commis des erreurs et a démissionné. « Avec la réaction houleuse du grand public, des professionnels et des médias à l’annonce de l’exposition ‘Voyages’, j’ai commis pas mal d’erreurs, dont celle de confier la gestion de ce projet d’exposition à la mauvaise personne […]. Afin de préserver la réputation du musée et de ses conservateurs, je quitte mon poste de directeur », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Aussi soudaine que l’annulation de l’exposition « Voyages », la démission de Pavel Car laisse le Musée national slovène sans pilote. Mais la ministre de la Culture Asta Vrečko s’engage à « travailler pour que sa réputation ne soit pas ternie ». Une enquête pourrait être ouverte pour déterminer si, oui ou non, les œuvres de la collection Boljkovac sont des contrefaçons. Dans l’attente, le site internet du musée ne fait plus aucune mention de l’exposition « Voyages ».  

Les œuvres qui auraient dû être exposées au Musée national Slovène appartiendraient à Niko Boljkovac. Ancien marchand d’art, il aurait fréquenté les salles des ventes pendant près d’un demi-siècle pour se constituer sa collection. A des prix parfois très bas, ainsi que le rapporte un journal local. Et c’est ce qui fait dire à Brane Kovič que la collection de Boljkovac compte des faux. Il ne croit pas que de « grands noms aient pu être achetés pour si peu cher ».

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque