Mercredi 23 septembre 2020

Musée

Le Louvre inaugure aujourd’hui ses réserves à Liévin  

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 8 octobre 2019 - 711 mots

LIÉVIN

Le Centre de conservation du Louvre, objet de nombreuses prouesses techniques, est inauguré le 8 octobre, après deux ans de travaux.

Centre de conservation du Louvre - réserves à Liévin © Architecte Rogers Stirk Harbour + Partners/Paysagiste Mutabilise Paysage et Urbanisme/Photo Joas Souza
Centre de conservation du Louvre à Liévin
© Architecte Rogers Stirk Harbour + Partners / Paysagiste Mutabilise Paysage et Urbanisme / Photo Joas Souza

Liévin. Le Louvre a vu les choses en grand pour son nouveau bâtiment à Liévin qui doit accueillir 250 000 objets d’art d’ici quatre ans. Au lieu d’un vilain entrepôt impersonnel comme on en trouve dans les zones commerciales, le cabinet britannique Rogers Stirk Harbour (anciennement Richard Rogers, celui du Centre Pompidou) a conçu un bâtiment en béton doté d’une forte personnalité.

Il se présente sous la forme d’un vaste trapèze (18 500 m²), semi-enterré, avec un toit végétalisé, sur un terrain contigu au Louvre-Lens. Sa forme allongée ne permet pas de l’apprécier en un seul coup d’œil comme son voisin, mais il offre plusieurs points de vue flatteurs à l’extérieur ou à l’intérieur.

Il est inauguré le 8 octobre, avec un seul mois de retard sur le calendrier prévu. Un exploit inhabituel pour un équipement culturel, qui s’ajoute à une durée exceptionnellement courte de réalisation du projet. Il ne s’est écoulé que six ans depuis la signature du protocole entre le musée et la Région, et moins de deux ans depuis la pose de la première pierre. Une performance qui s’explique par le procédé de construction : à l’exception des pylônes, tous les autres éléments ont été fabriqués ailleurs, puis assemblés sur site. Il est vrai aussi que l’option – largement passée de mode – de réserves visitables n’a pas été retenue, simplifiant la construction.

Empreinte carbone limitée

Les architectes ont astucieusement tiré parti de la pente douce pour enterrer progressivement le bâtiment, réservant la zone la plus immergée et largement ouverte à la lumière naturelle aux ateliers de service. Un des avantages de ce procédé est qu’il est très isolant. « Pendant la canicule de cet été, explique Brice Mathieu, le directeur du site, alors qu’il faisait 40° dehors, la température n’a pas dépassé 20 ° à l’intérieur, et sans utiliser la climatisation ». Autre motif de satisfaction pour l’ancien directeur adjoint de la Recherche et des Collections, une empreinte carbone limitée par le recours à la géothermie.

Les réserves sont organisées en six grandes salles, avec d’immenses rayonnages mobiles, ce qui permet de les rapprocher et de gagner de l’emprise au sol. Si le format (grandes sculptures, tableaux…) reste déterminant pour la répartition des œuvres, il est possible de faire cohabiter des pièces d’art de format différent qui font sens d’un point de vue historique. Leur emplacement a d’ailleurs été fixé en amont, en ayant en tête cette logique, de telle sorte que toutes les œuvres soient immédiatement rangées lors de leur arrivée sur site.

216 camions

Si le déménagement est prévu sur quatre ans, cela représente tout de même 250 000 œuvres à déplacer, soit 216 trajets en camion pour la seule année 2020 (le marché a été confié à Chenue). Seront d’abord déménagés les 150 000 objets conservés dans les zones inondables du Louvre, puis les 100 000 œuvres stockées dans des réserves externalisées, principalement en région parisienne. Le reste des 370 000 œuvres du Louvre n’a pas vocation à venir à Liévin. Une bonne partie est constituée par des estampes et dessins qui restent au Louvre, tandis que le solde est exposé soit au Louvre, soit dans d’autres musées.

La création du centre répond d’abord à la nécessité de sortir les œuvres des zones inondables du Louvre et de regrouper les réserves, aujourd’hui au nombre de 67. Mais il s’agit aussi d’offrir des conditions de travail appropriées aux conservateurs et chercheurs avec des salles de consultation et une logistique de mise à disposition des œuvres optimisée. Une maison d’hôte accueillera bientôt les conservateurs qui doivent rester sur place. Une bonne moitié de ces derniers sont déjà venus visiter le site.

Le lieu est enfin prévu pour permettre des travaux de restauration, qui ne sont pas possibles au Louvre, comme la manipulation des grands formats ou la pose de vernis sur les grands tableaux.

Le budget de l’opération s’élève à 60 millions d’euros, dont 42 pour la seule construction, financé en grande partie par le Louvre (34,50 M€) et des fonds européens (18 M€). Le coût de fonctionnement est relativement limité, près d’1,5 million d’euros, hors salaires de la quinzaine de personnes qui travaillent sur le site.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°530 du 4 octobre 2019, avec le titre suivant : Le Louvre bichonne ses réserves à Liévin

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque