Mercredi 21 octobre 2020

Palmarès des musées 2015

Le Havre, candidat au podium

Villes de plus 20 000 à 200 000 habitants

Le Journal des Arts

Le 5 mai 2015 - 1302 mots

Alors que La Piscine à Roubaix reprend la tête d’un trio qui reste inchangé par rapport à l’an dernier, Le Havre arrive 4e tandis que Poitiers comme Angoulême surprennent.

Parler des musées des villes « moyennes » (entre 200 000 et 20 000 habitants), c’est surtout s’intéresser à des musées municipaux, généralistes et de beaux-arts. Certes, entre Saint-Étienne et Auch, la palette est large. Mais bien souvent, la problématique reste la même : il s’agit de mettre en avant des collections et de faire des « coups » avec des expositions temporaires marquantes, susceptibles d’attirer de nouveaux publics. En 2014, les 136 musées participants de cette catégorie ont attiré un public stable et fidèle, pour un total de 5,67 millions de visiteurs gratuits et payants, un chiffre en très faible recul par rapport à l’année précédente (5,82 millions de visiteurs). Ces musées capitalisent donc sur la fidélité et sur une programmation renouvelée.

Cette année, le podium ne réserve guère de surprise, le trio de tête restant identique à celui de 2013. Le Musée d’art et d’industrie André-Diligent-La Piscine, à Roubaix, reprend la première place du classement (7e au classement général, une performance à noter), tandis qu’Angers, mutualisant ses cinq musées au niveau municipal, cède sa place. Le LaM (Lille-Métropole, Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut) reste 3e pour la troisième année consécutive, confirmant son ancrage et une attractivité qui ne se dément pas auprès de publics hétérogènes : « Le musée maintient l’une des meilleures fréquentations, en dehors de Paris, pour un musée d’art moderne et contemporain, et ce, malgré la baisse de fréquentation des scolaires, due à la mise en place des nouveaux rythmes scolaires », explique Sophie Lévy, conservatrice et directrice du LaM. Le MuMa, Musée d’art moderne André-Malraux, rate de peu le podium (238,8 points contre 238, 9 points pour le LaM) : avec des expositions très bien pensées et calibrées, le musée havrais accueille toujours plus de monde. En 2014, grâce à son exposition sur le peintre Nicolas de Staël, il a enregistré près de 140 000 visiteurs.
Les surprises viennent des nouveaux entrants. Alors que vient de s’ouvrir la rétrospective du Musée Orsay sur l’œuvre de Pierre Bonnard (lire le JdA no 432, 27 mars), le Musée Bonnard du Cannet (Alpes-Maritimes) se positionne d’entrée à la 38e place, après son ouverture en 2011, un rang non négligeable pour un musée né de la volonté d’une municipalité gérant un peu plus de 40 000 administrés, et attirant le même nombre de visiteurs par an. Dans la Drôme, le Musée de beaux-arts et d’archéologie de Valence, ouvert après six ans de travaux en décembre 2013, intègre le palmarès à la 55e place, un résultat qu’il convient de pondérer faute de chiffres d’évolution par rapport à l’année précédente. Gageons que l’an prochain Valence s’affirmera parmi les villes moyennes, au vu de la qualité de son parcours muséographique et de l’ambition de la municipalité. Autre réouverture, le Musée de la faïence Frédéric-Blandin à Nevers gagne 58 places : ayant souffert l’an dernier d’une fermeture pendant ses travaux, le musée se situe cette année à la 81e place, gagnant 47 places dans le classement.

La plus forte évolution a cependant été réalisée par le Musée Sainte-Croix de Poitiers ( 70 places) : fêtant ses 40 ans, l’institution, qui se hisse au 10e rang, a accueilli cinq expositions temporaires l’année dernière, dont quatre organisées en coproduction. Parmi celles-ci, « Exhibit B », l’exposition de l’artiste sud-africain Brett Bailey, est devenue très polémique en arrivant à Paris quelques semaines plus tard et a été écourtée par des manifestations d’opposants : le musée a eu le nez creux, sa programmation « événementielle » a attiré 19 % de visiteurs payants en plus. Une actualité qui a dû peser sur le travail d’inventaire, puisque le musée affiche un taux d’œuvres récolées de 14,7 %, un des plus bas de ce palmarès.

Angoulême, Moulins
Certaines villes surprennent de belle manière. Angoulême pointe à la fois à la 7e et à la 29e place. Au filtre de notre analyse, le Musée de la bande dessinée (Centre international de la bande dessinée et de l’image), pourtant très médiatique et très identifié au niveau national, reste loin derrière le Musée d’Angoulême. Le musée de beaux-arts, niché dans l’ancien évêché, attire avec ses collections généralistes plus de visiteurs que la bande dessinée, et constitue « la tête de pont d’un important projet de recherche en paléontologie », signale sa directrice, Béatrice Rolin : depuis 2008, la découverte du site paléontologique d’Angeac-Charente fait les beaux jours du musée, rouvert la même année après des années de travaux.

Jolie surprise également pour la commune de Moulins. Classée dans les petites villes les années précédentes, la municipalité de l’Allier rejoint, au vu de son expansion (22 667 habitants), le palmarès des villes moyennes. Le Centre national du costume de scène, 2e du classement des petites villes en 2014, en se hissant à la 15e place de ce palmarès, réussit une belle performance. Quant au Musée Anne-de-Beaujeu (87e), il bénéficie du succès de sa jeune sœur et innove en se dotant d’une section d’archéologie égyptienne.

À Meaux, l’effet d’attraction de la commémoration de la Première Guerre mondiale a joué son rôle dans la fréquentation du Musée de la Grande Guerre (8e, 20 places), drainant plus de 40 % de visiteurs supplémentaires en 2014. Les commémorations du centenaire de la guerre, qui s’étaleront jusqu’en 2018, devraient permettre à l’institution de maintenir l’effet et de capitaliser sur ce succès.
A contrario, Granet à Aix-en-Provence, le Musée des beaux-arts de Rouen et celui de Nancy pâtissent de leurs fréquentations exceptionnelles en 2013 : ces musées ont connu en 2014 des baisses de visiteurs respectives de 42 %, 50 % et 11 %. En 2013, « Marseille-Provence, capitale européenne de la Culture » et les festivals « Normandie impressionniste » et « Renaissance Nancy 2013 » avaient en effet stimulé les compteurs de ces institutions. De facto, ces baisses de fréquentation se répercutent sur divers autres critères de notation, à commencer par les recettes commerciales.

Un petit nouveau devrait faire une entrée remarquée l’année prochaine : le Musée Soulages à Rodez, ouvert l’été dernier, affecte tout de même par ricochet le classement 2015. L’augmentation de 340 % des visiteurs payants du Musée Fenaille (23e, 14 places) dans la ville aveyronnaise n’est sans nul doute pas étrangère à l’aura nationale et internationale du peintre de l’« outrenoir ».

Ce palmarès est aussi l’occasion de mettre en avant des musées peu médiatisés sur un plan national. Ainsi, il faut saluer le travail accompli par les équipes du Muba-Musée des beaux-arts Eugène-Leroy à Tourcoing (18e du classement) : dans la métropole Lille-Roubaix-Tourcoing, l’institution, souvent éclipsée par la flamboyante Piscine de Roubaix, s’attache à mettre en lumière la gravure et le dessin autour d’un projet scientifique mêlant art contemporain et art ancien, un vrai challenge pour une institution aux moyens budgétaires contraints.

À Dijon, le Musée des beaux-arts n’a pas non plus à rougir de sa position (7e) : la réouverture du parcours Moyen Âge et Renaissance rénové en 2013 a porté ses fruits en 2014. Dans le cadre de son projet culturel, la Ville de Dijon a décidé de créer une direction des musées et du patrimoine regroupant le Musée des beaux-arts, le Musée archéologique, le Musée de la vie bourguignonne, le Musée d’art sacré, le Musée Rude ainsi que le service Ville d’art et d’histoire. David Liot, venu du Musée des beaux-arts de Reims, a pris la tête des musées de Dijon en avril dernier. Sans jouer les augures, il faudra garder à l’œil les résultats dijonnais dans les prochains palmarès.

Palmarès des musées 2015 : Villes 20 000 / 200 000 habitants

Télécharger le classement des 134 musées des villes de 20 000 à 200 000 habitants : icone PDF (1,8 Mo)

Légende photo

Photo aérienne du centre ville du Havre © Photo Erik Levilly - 2006 - Licence CC BY-SA 1.0 

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°435 du 8 mai 2015, avec le titre suivant : Le Havre, candidat au podium

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque