Collection

La Russie a un nouveau tsar

Le Journal des Arts

Le 20 janvier 2006

L’oligarque russe Viktor Vekselberg a pour projet de fonder deux musées privés,
l’un à Saint-Pétersbourg, l’autre àMoscou, et d’y présenter ses œufs Fabergé.

SAINT-PÉTERSBOURG - Viktor Vekselberg, le magnat de l’industrie pétrolière et minière russe, se prépare à inaugurer les deux premiers musées privés ouverts au public dans son pays, l’un à Saint-Pétersbourg en avril et l’autre à Moscou en 2007. L’industriel, dont la fortune est estimée à 5,9 milliards de dollars (4,9 millions d’euros) par le magazine américain Forbes, était en pourparlers depuis plusieurs mois avec les autorités de Saint-Pétersbourg, qui lui ont concédé le prêt à long terme du palais Shuvalovsky.

Vladimir Vorochenko, président de Lien des temps, la fondation créée par Viktor Vekselberg, nous a confirmé les projets du milliardaire. Il nous a précisé que la fondation, établie en 2004 pour acquérir et rapatrier des œuvres d’art russes, finance actuellement la rénovation du palais Shuvalovsky. Il n’a cependant pas révélé le montant des dépenses engagées pour le réaménagement de ce palais du XIXe siècle, situé près du canal de la Fontanka et de la perspective Nevsky.

Ces nouveaux musées de Moscou et de Saint-Pétersbourg présenteront des objets d’art issus de la collection de Viktor Vekselberg, parmi lesquels la collection Forbes d’œufs impériaux de Fabergé. Celle-ci a été acquise dans une vente privée chez Sotheby’s en 2004, pour un montant resté confidentiel mais avoisinant, d’après certaines sources, 120 millions de dollars (94 millions d’euros) (lire le JdA no 187, 20 février 2004, p. 24). Ils exposeront aussi des œuvres appartenant à d’autres collectionneurs russes.

Avant de créer sa fondation, Viktor Vekselberg était inconnu du marché de l’art. Il est aujourd’hui le plus gros acquéreur d’art russe, soit pour son propre compte au travers de sa fondation, soit pour celui de son fonds d’investissement, Aurora Fine Arts Investments. Contrairement à la collection de la fondation à but non lucratif, les acquisitions du fonds d’investissement sont purement commerciales. Le directeur du fonds, Andrei Ruzhnikov, nous a précisé qu’Aurora a acheté des créations de Fabergé, des porcelaines, des émaux, de l’argenterie, des icônes et des tableaux lors des ventes d’art russe organisées à Londres en décembre. Toutes ces acquisitions sont actuellement stockées dans la capitale britannique. Celles que Viktor Vekselberg fera entrer en Russie n’effectueront que des séjours provisoires dans les vitrines de ses nouveaux musées. Vladimir Vorochenko n’a pas voulu expliquer pourquoi cette collection resterait à Londres, mais il est vraisemblable que ce choix mettra sa collection à l’abri de toute saisie dans le cas où Viktor Vekselberg aurait des démêlés avec le président russe, Vladimir Poutine.

Une douzaine d’œufs impériaux
La collection Fabergé a fait l’objet au cours de ces neuf derniers mois d’une exposition itinérante, laquelle a débuté à Moscou au Musée du Kremlin en juin 2004. Immédiatement après qu’il eut acheté cet ensemble, Viktor Vekselberg fut la cible de vives critiques en Russie où l’on pensait qu’il en ferait don à un musée national. Son initiative de créer ses propres musées privés devrait contribuer à apaiser les critiques tout en lui permettant de rester propriétaire de ces œuvres.

Selon Vladimir Vorochenko, neuf œufs impériaux de Fabergé de la collection Vekselberg doivent revenir à Londres pour participer à une exposition à la Gilbert Collection de la Somerset House, organisée en collaboration avec la Royal Collection, qui réunit l’ensemble des trésors artistiques de la Couronne d’Angleterre. L’ouverture de cette exposition est prévue pour le mois d’avril. « De ces deux collections, nous n’exposerons que les Fabergé ayant appartenu aux tsars », précise Vladimir Vorochenko, qui ajoute que Lien des temps a été en pourparlers avec la Royal Collection tout au long de l’année 2005. La sélection finale des œuvres exposées n’est pas encore définitive, mais Vladimir Vorochenko assure que tous les œufs impériaux des deux collections seront visibles, les trois de la Collection royale et les neuf de la collection Vekselberg, dont l’Œuf-corbeille de fleurs sauvages de 1901, l’Œuf-colonnade de 1910 et l’Œuf-mosaïque de 1914. La Royal Collection, à Londres, possède aussi la plus grande collection au monde de figures animales dues à Fabergé.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°229 du 20 janvier 2006, avec le titre suivant : La Russie a un nouveau tsar

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque