Château

La région Auvergne-Rhône-Alpes rachète le château du « Petit Prince »

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 13 septembre 2019 - 327 mots

SAINT-MAURICE-DE-RÉMENS

La région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé jeudi l'acquisition du château de Saint-Maurice-de-Rémens (Ain), où Antoine de Saint-Exupéry vécut une partie de sa jeunesse, afin d'en faire un lieu culturel dédié à l'aviateur-écrivain.

Le château de Saint-Maurice-de-Rémens où vécut Antoine de Saint-Exupéry, l'auteur du Petit Prince - Photo Benoit Prieur, 2014
Le château de Saint-Maurice-de-Rémens où vécut Antoine de Saint-Exupéry, l'auteur du Petit Prince.
Photo Benoit Prieur, 2014

"Pour comprendre Antoine de Saint-Exupéry, nous devons le remettre sur les terres de son enfance (...) et faire un lieu qui restitue sa poésie et qui parle aux familles", explique le président de la région, Laurent Wauquiez, dans un communiqué.

Le rachat doit être finalisé d'ici l'été 2020, avant des travaux en 2021-2022. La propriété est estimée aux alentours de 950.000 euros et le projet devrait disposer d'un budget de 20 à 30 millions d'euros, financé par la Région avec la commune, la communauté de communes de la Plaine de l'Ain et le département.

"Nous allons faire de ce lieu l'un des plus grands de notre région, poétique et moderne, et qui représentera un thème cher à Saint-Exupéry : l'importance de l'équilibre entre l'homme et la nature", ajoute M. Wauquiez.

Le château, construit au 18e siècle dans un parc de 5 hectares, devint la propriété de Marie de Fonscolombe, la mère de Saint-Exupéry, en 1920 quand elle en hérita de sa tante Gabrielle de Lestrange. Auparavant, cette maison familiale fut un lieu de vacances, de jeux et de rêves pour le petit Antoine, né en 1900 à Lyon.

Son oeuvre littéraire y fait souvent allusion. "Il était, quelque part, un parc chargé de sapins noirs et de tilleuls, et une vieille maison que j'aimais", écrit-il notamment dans Terre des Hommes en 1939, cinq ans avant de mourir en mer.

Le château avait été racheté en 1932 par la caisse des écoles de la ville de Lyon, qui en fit une colonie puis un internat dans les années 1950. Il est resté longtemps inoccupé par la suite, avant d'être vendu en 2009 à la commune de Saint-Maurice-de-Rémens qui avait, depuis, le projet de le mettre en valeur.

Cet article a été publié par l'AFP le 12 septembre 2019.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque