Samedi 22 février 2020

Justice

La justice italienne annule la restitution du bronze de Lysippe détenu par le Getty Museum

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 4 janvier 2016 - 505 mots

ROME / ITALIE

ROME (ITALIE) [04.01.16] – Dernier rebondissement dans la longue bataille judiciaire entre le Getty Museum et l’Italie : la Cour de Cassation italienne a annulé l’ordonnance de restitution de la statue de Lysippe appartenant au Getty, que l’Italie réclame depuis 2009 car exportée, selon elle, illégalement de son territoire.

Jeunesse victorieuse - L'athlète de Fano victorieux - Lysippe
Détail de la statue intitulée par les américains Jeunesse victorieuse et attribuée au sculpteur grec Lysippe (v.-395-305)
Photo Wtin

La Cour de Cassation a annulé l'ordonnance de confiscation de l’ « Athlète Victorieux », une statue antique datant du IVe siècle avant J.-C. attribuée à Lysippe, propriété du Paul Getty Museum de Los Angeles depuis les années 1970, relate l’agence italienne ANSA. L'affaire est renvoyée devant le tribunal de Pesaro.

« La cour constitutionnelle a constaté que le Getty a été privé de son droit constitutionnel à une audience publique quand la cour de Pesaro a étudié l’affaire en 2012. En conséquence, la cour de cassation a renvoyé l’affaire devant le tribunal de Pesaro », a déclaré Ron Hartwig, vice-président de la communication du Getty Trust, cité dans The Art Newspaper.

Après huit ans de combat pour ramener en Italie le bronze grec, cette décision signifie qu’il faut recommencer la procédure de zéro. Alberto Berardi, de l’association Cento città, a déclaré ne pas vouloir renoncer : « Nous ne sommes pas démotivés pour continuer la bataille. Nous recommencerons à battre des poings sur la table pour récupérer le Lysippe, une œuvre clandestinement exportée, et appartenant à l'Etat italien, et en particulier à la ville de Fano. Nous verrons si, en plus de la procédure judiciaire, nous pouvons établir des pourparlers avec le musée californien pour le récupérer, comme ce fut le cas pour d'autres œuvres restituées à l’Italie ».

L' « Athlète victorieux », également appelé « Jeunesse victorieuse », a été repêché par hasard dans l'Adriatique en septembre 1964 par le capitaine Romeo Pirani, venant de la ville de Fano. Le bronze a soudainement disparu et est réapparu sur le marché illégal des œuvres d'art, jusqu'à ce qu'il soit acquis, pour la somme de 3,9 millions de dollars (3,6 millions d’euros), par le Getty Museum, qui l’a exposé pour la première fois en 1974.

En 2009, l’Italie lançait une première procédure judiciaire pour obtenir la restitution de la statue, clamant que l’œuvre avait été illégalement exportée de son territoire et acquise de mauvaise foi. La demande a été confirmée par les arrêts de la cour régionale de Pesaro en 2010 et 2012, mais le Getty a fait appel de l'ordonnance, soutenant que la statue a été trouvée dans les eaux internationales au-delà de la juridiction italienne.

En février 2014, la Cour de cassation a renvoyé l'affaire à la Cour constitutionnelle italienne suite à l’appel du Getty Museum. La Cour constitutionnelle a alors décidé que l'audience du tribunal d'origine à Pesaro, qui a eu lieu à huis clos comme il est habituel en Italie, était nulle. La Cour constitutionnelle a ainsi agi en conformité avec la Convention européenne des droits de l'homme, qui stipule que les affaires civiles et criminelles doivent être entendues en audience publique. La bataille judiciaire devrait continuer pour plusieurs années encore.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque