Venise

La Fondation Guggenheim s’agrandit

Un nouveau pavillon au Palazzo Venier dei Leoni

Par Roger Bevan · Le Journal des Arts

Le 1 mai 1994

Derrière le Palazzo Venier dei Leoni, le palais inachevé acheté par Peggy Guggenheim en 1949 et abritant sa collection d’art cubiste, surréaliste et abstrait, le rez-de-chaussée et les deux étages d’un immeuble résidentiel ont été loués, pour 99 ans, à la fondation de musicologie Ugo et Olga Levi, qui s’occupe aussi d’investissements immobiliers dans Venise.

VENISE - La reconversion du nouveau "pavillon" – c’est ainsi qu’on le nommera – a été conduite par Massimo et Lella Vignelli, architectes italiens établis à New York, et coûtera 7,7 millions de francs. La moitié de ce montant a été fournie par le propre conseil d’administration du musée, et le reste par d’autres sources privées. Ils ont entrepris une réorganisation intérieure peu importante et rétabli les salles dans leurs dimensions originelles en supprimant des cloisons. Un escalier a été construit entre les deux étages, l’installation électrique a été améliorée et on a installé un système d’air conditionné. Un revêtement de stuc a été appliqué sur la façade côté jardin, des fenêtres avec volets ont été intégrées dans la maçonnerie d’origine, et une terrasse au premier étage a été rénovée. Le rez-de-chaussée abritera des bureaux, une salle pour accueillir des groupes d’élèves, et des comptoirs de vente. Il ne sera pas possible d’y exposer des œuvres d’art, à cause du risque d’inondation. Le premier étage abritera une librairie, avec son bureau et ses rayonnages conçus par Vignelli.

De nouvelles sources de revenus pour le musée
La librairie a ouvert en septembre 1993, et propose un vaste choix de livres, catalogues, posters et cartes postales. Elle devrait apporter une contribution importante au budget du musée (1,8 million de francs de bénéfices l’année dernière pour le comptoir de vente, situé dans le hall d’entrée du palais). La seconde source de profits sera la cafétéria qui ouvrira début 1995 et dont on a confié la gestion à un célèbre restaurant vénitien. En attendant que les accords soient conclus, le sous-directeur Philip Rylands utilise les cinq petites salles destinées à la cafétéria pour présenter une série d’expositions inaugurée par "Halte au sida" (juin 1993) ; puis une exposition consacrée à la photographie contemporaine (septembre 1993), et une présentation de livres conçus par des artistes italiens contemporains (jusqu’au 22 mai 1994). Il a l’intention de conserver une salle pour une exposition permanente de photographies documentaires sur Peggy Guggenheim et "Art of this century", la galerie qu’elle dirigeait à New York entre 1942 et 1947.

Pour avoir accès au nouveau pavillon, on a reculé les anciennes limites du musée en agrandissant le jardin, où se trouvent déjà des œuvres de Giacometti, Henry Moore, Germaine Richier et d’autres artistes. Le Dr. Rylands a déclaré à The Art Newspaper qu’il espérait présenter dans ce jardin des œuvres marquantes de la sculpture contemporaine, prêtées par un collectionneur américain.
La petite-fille de Peggy Guggenheim, Karole Vail, a exprimé son soutien au Dr. Rylands et à sa politique énergique d’expositions et de restauration.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°3 du 1 mai 1994, avec le titre suivant : La Fondation Guggenheim s’agrandit

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque