Bastille

La colonne de Juillet ouvrira au public en 2018

Par Margot Boutges · Le Journal des Arts

Le 8 novembre 2016 - 671 mots

Le monument pourra être visité à partir de 2018. Les travaux de restauration se poursuivront au-delà de cette date, et s’accompagneront de la piétonnisation de la place.

PARIS - Surmontée de son Génie doré, la colonne de Juillet est un élément familier dans le paysage parisien. Ce monument qui culmine à plus de 50 mètres sur le terre-plein central de la place de la Bastille est cependant mal connu. Il est en effet fermé au public depuis les années 1980 et coupé de la ville par une zone vouée au trafic automobile qu’il est difficile de traverser. Prévue en 2018, l’ouverture de la colonne à la visite, sous la houlette du Centre des monuments nationaux (CMN), doit venir changer la donne. Une décision qui s’accompagne de la piétonnisation partielle, voulue par la Ville de Paris, de la place de la Bastille, en créant une esplanade allant du bassin de l’Arsenal à la colonne. « À partir du moment où il est possible de déambuler autour de la colonne, il est difficilement concevable que celle-ci ne soit pas visitable », résume Philippe Bélaval, président du CMN. D’autant que le lieu est un témoignage de l’histoire nationale.

Bâtie entre 1831 et 1840 pour commémorer les Trois Glorieuses, journées d’insurrection de juillet 1830 qui ont vu Louis-Philippe arriver au pouvoir, la colonne abrite les caveaux des révolutionnaires de 1830, mais aussi ceux des victimes des émeutes de 1848 qui ont conduit à l’avènement de la IIe République. Ce sont ces parties basses (couloir circulaire, caveaux…) qui seront ouvertes au public, sous la forme de visites guidées pour des groupes n’excédant pas dix-neuf personnes, le monument ne possédant aucune sortie de secours et ne répondant pas aux normes d’un établissement recevant du public (ERP).

Pour des raisons de sécurité également, l’escalier menant en haut de la colonne sera exclu du parcours, en dépit de la superbe vue panoramique sur Paris et de l’impressionnante contre-plongée sur la statue du Génie que l’on peut observer depuis la plate-forme. « L’escalier se rétrécit, il ne possède pas de palier d’attente et la terrasse à laquelle il aboutit n’est vraiment pas large », déplore Delphine Christophe, directrice de la conservation des monuments et des collections au CMN.

Décors en marbre polychrome
Les travaux de restauration (lire l’encadré), aujourd’hui bien avancés sur les murs de la colonne, doivent s’achever au printemps 2018, pour une ouverture du monument au public prévue dans la foulée. Malgré l’attrait de la nouveauté, les premières visites ne se feront sans doute pas dans des conditions optimales. Le monument ne sera en effet pas encore complètement restauré : les décors intérieurs en marbre polychrome, qui ont aujourd’hui triste mine, ne seront restaurés que lorsque le monument, dont l’étanchéité doit être entièrement reprise, sera sec. Une phase qui n’est pas encore programmée. Et le réaménagement de la nouvelle place de la Bastille ne sera quant à lui achevé qu’à la rentrée 2019, selon la municipalité, ce qui ne devrait pas favoriser l’accès à la colonne pour le public durant l’intervalle. « La Ville de Paris devra faire un passage provisoire pour assurer la sécurité des visiteurs en attendant de terminer la place », explique le CMN.

Sortir la colonne des eaux

« Rétablir l’étanchéité de la colonne », tel est l’objectif principal du chantier de restauration de la colonne, dont le montant prévisionnel est de 3 millions d’euros. Le monument souffre beaucoup de l’humidité, à cause des intempéries mais aussi de sa situation, étant placé juste au-dessus de la partie couverte du canal Saint-Martin. L’eau s’infiltre et engendre des désordres importants à l’intérieur de la colonne (fuites, désagrégation de la pierre à cause de l’explosion des sels drainés par les eaux…). Les mosaïques fissurées, qui recouvrent le premier soubassement circulaire de la colonne, vont être déposées et restaurées pour assurer la mise hors d’eau de l’édifice. Les travaux vont en outre modifier le cheminement des eaux de ruissellement pour rediriger l’eau vers le canal sous-terrain et non plus sur l’extérieur de la colonne où elle endommage les parements.

Légendes photos

Le caveau des révolutionnaires de 1830, sous la colonne de Juillet, place de la Bastille, Paris. © Photo : Didier Plowy/Centre des Monuments nationaux.

La colonne de Juillet, place de la Bastille, Paris © Photo Didier Plowy/Centre des Monuments nationaux

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°467 du 11 novembre 2016, avec le titre suivant : La colonne de Juillet ouvrira au public en 2018

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque