Mercredi 8 juillet 2020

Restauration

Jérusalem : réouverture d'un bâtiment historique russe après rénovation

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 19 juillet 2017 - 244 mots

JÉRUSALEM (ISRAEL) [18.07.17] - La mission Saint-Serge à Jérusalem, bâtiment de la fin du 19e siècle considéré comme un symbole de la présence russe en Terre sainte, a rouvert mardi après des années de travaux de rénovation.

Cet imposant complexe de 36.000 m2, érigé en 1890 avec le soutien de la famille impériale russe pour accueillir des pèlerins, a acquis une certaine renommée en raison de son jardin et de son architecture, notamment une tour qui ressemble en grand à une tour du jeu d'échecs. Le bâtiment rénové va proposer une bibliothèque, un jardin, un café-restaurant et des chambres pour pèlerins et visiteurs. Des diplomates et des représentants de l'église orthodoxe russes ont participé à la cérémonie de réouverture, a constaté une journaliste de l'AFP.

Réquisitionnée par les autorités ottomanes à l'entrée de la Russie dans la Première Guerre mondiale puis utilisée à des fins administratives par les Britanniques et les Israéliens, la mission Saint-Serge avait été récupérée par la Russie en 2008 après une longue bataille juridique et à la suite notamment de l'intervention du président russe Vladimir Poutine auprès des dirigeants israéliens. Elle a ensuite subi pendant six ans d'importants travaux de rénovation et de ravalement, financés par des fonds russes.

Selon la télévision publique israélienne, l'édifice aurait accueilli le célèbre Raspoutine, confident très influent de l'épouse du Tsar Nicolas II, qui aurait effectué un pèlerinage de "contrition" à Jérusalem à la suite d'un scandale provoqué par une liaison avec une ballerine.

Légende photo

La mission Saint-Serge en cours de restauration en 2009, Jérusalem © Photo Elderson - Licence CC BY-SA 3.0

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque