Turquie

Istanbul enfin moderne

Par Harris Gareth · Le Journal des Arts

Le 21 janvier 2005 - 440 mots

Ouverture du premier musée d’art contemporain turc.

ISTANBUL - L’Istanbul Modern Sanat Müzesi, le premier musée turc d’art moderne et contemporain, a ouvert le 11 décembre, avec huit semaines d’avance sur la date initialement prévue. Un changement dicté par les circonstances : la même semaine, les dirigeants de l’Union européenne réunis à Bruxelles proposaient la date du 3 octobre 2004 comme point de départ des pourparlers avec la Turquie pour rejoindre l’Union.
Ce projet très vite réalisé (huit mois) a coûté environ 3,8 millions d’euros, fournis principalement par le groupe pharmaceutique turc Eczacibasi. Le musée est installé dans un ancien entrepôt édifié au XIXe siècle sur le quai Karakoy en contrebas du Musée du Topkapi. L’édifice, aménagé par Tabanlioglu, un bureau d’architectes local, a servi de hall d’exposition lors de chaque Biennale d’art contemporain d’Istanbul depuis 1992. Le premier étage présente les collections permanentes, fortes d’environ 4 000 œuvres d’artistes turcs sur tous supports, des débuts du XXe siècle à nos jours. La plupart d’entre elles viennent d’une donation de Turkiye Is Bankasi, la plus importante banque turque. Elles se verront exposées par roulement. La première exposition de longue durée, « Observation - Interprétation - Multiplicité : peintures turques du XXe siècle », comprend des œuvres d’artistes contemporains comme Ozdemir Altan et Omer Uluc. Le rez-de-chaussée est occupé par le service éducatif, les boutiques et un espace dévolu aux expositions temporaires qui présentera des artistes internationaux. La première d’entre elles ouvrira en avril, sous le titre « Ce n’est qu’un début ».

Pont culturel
Cette nouvelle institution passe pour un élément clé dans la campagne chargée de montrer que la Turquie, pays majoritairement musulman, sait faire le pont entre les traditions culturelles occidentale et orientale. « Le musée va montrer que nous appartenons à l’Occident à un point que le monde entier ne mesure pas », soutient la présidente du musée, Oya-Bülent Eczacibasi. On attend de la directrice du musée, Rosa Martínez, qui vit à Barcelone, une contribution décisive pour faire de cette institution l’égale de la Tate Modern à Londres et du Centre Pompidou à Paris. Rosa Martínez a assuré avec grand succès le commissariat de la cinquième Biennale d’Istanbul en 1997. Elle partage le commissariat de la Biennale de Moscou pour 2005 (lire p. 10) ainsi que celui de la prochaine Biennale d’arts visuels de Venise en juin. La Deutsche Bank a homologué l’Istanbul Modern dans son réseau de musées associés, ce qui permettra au musée turc de bénéficier de la collection de 50 000 œuvres détenue par la banque allemande.

Istanbul Modern

Meclis-i Mebusan Cad. Liman Isletmeleri, Sahas¦ Antrepo No:4 Karaköy, Istanbul, tél. 90 212 334 7300.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°207 du 21 janvier 2005, avec le titre suivant : Istanbul enfin moderne

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque