Mercredi 24 octobre 2018

Initiatives privées : une tradition à Rotterdam

Par Pierre Morio · L'ŒIL

Le 24 mars 2010 - 952 mots

Cité opulente de la mer du Nord, Rotterdam bénéficie des largesses de ses collectionneurs pour se doter d’un tissu culturel dynamique. Petit tour d’horizon de ces initiatives.

À écouter les galeristes qui ont participé à la dernière édition de la foire d’art contemporain Art Rotterdam [lire p. 121], les Néerlandais, a fortiori les Rotterdamois enrichis par le commerce des matières premières, sont très sensibles à l’art et curieux d’aller à la découverte de nouveaux artistes. Ils s’inscrivent en cela dans une tradition qui remonte au xviie siècle, quand déjà la bourgeoisie hollandaise soutenait les peintres comme Vermeer.

Cette curiosité et une certaine générosité se retrouvent en filigrane dans les institutions culturelles de la ville. La plupart ont enrichi leurs collections grâce à ces donateurs, à l’instar du Boijmans van Beuningen, dont l’origine est due à la prodigalité de deux personnalités locales : Frans Jacob Boijmans en 1847 et Daniël George van Beuningen en 1958. Aujourd’hui, pour développer sa section contemporaine, le musée a noué un partenariat avec Hans Nefkens, écrivain et collectionneur rotterdamois qui, via sa fondation H F, offre régulièrement des œuvres.

Deux autres initiatives méritent d’être mentionnées. La première a permis à un peintre et sculpteur du Brabant, Henk Chabot, rattaché au mouvement expressionniste, de passer à la postérité grâce à la volonté d’un couple de collectionneurs, les Grootveld. Ces derniers, pour rendre hommage à leur artiste favori, ont acquis en 1993 une villa moderniste dans laquelle ses œuvres sont présentées. Le musée organise aussi des expositions monographiques d’artistes expressionnistes contemporains de Chabot.

La seconde initiative permet de découvrir l’art de vivre des notables des années 1930 attirés par l’avant-garde. La maison Sonneveld est un modèle de l’architecture du Nieuwe Bouwen, le style moderniste local. Elle a été bâtie pour Albertus Sonneveld, directeur de la manufacture Van Nelle, spécialisée dans la production de tabac, thé et café.

Les architectes de la villa ne sont pas intervenus que sur la structure, ils y ont aussi conçu le mobilier et les aménagements les plus modernes de l’époque. Rachetée en 1997 et restaurée en 1999 par une fondation, la maison Sonneveld est désormais rattachée au Nederlands Architectuurinstituut depuis 2001. Elle se visite entièrement, projetant le visiteur au cœur des préoccupations esthétiques de l’époque.

De Bruin-Heijn et Caldic, deux nouvelles collections
Des collections importantes continuent de se constituer, installant cette réputation de mécènes des Rotterdamois. Deux d’entre elles ont ouvert leurs portes aux visiteurs d’Art Rotterdam en février : la collection De Bruin-Heijn et la collection Caldic.

Cette dernière est constituée par une société active dans l’industrie chimique, la Caldic, et ses acquisitions soutenues par son P.-dg Joop Van Caldenborgh. La collection, commencée il y a quarante ans, présente un panorama des principaux courants de l’art du xxe siècle à travers photos, collages, peintures et sculptures.

Régulièrement, la société Caldic organise dans ses locaux de la rue Blaak des expositions thématiques de ses œuvres. La relève se profile déjà…

Kunsthal
Construite par la star des architectes néerlandais, Rem Koolhaas, la Kunsthal ne se visite pas que pour son écrin. Le lieu organise plus d’une vingtaine d’expositions par an, toutes disciplines et toutes époques confondues. En avril, par exemple, vont se côtoyer quelques pièces d’art ancien du Boijmans voisin, une rétrospective René Burri et une exposition de sculptures de Carolein Smit, une artiste néerlandaise. Et après ce programme chargé, une pause au Kunsthalcafé, avec son installation de Günther Förg, prolongera l’expérience.
www.kunsthal.nl

Maritiem Museum
Pour mieux comprendre la ville et son développement portuaire, un tour au musée maritime s’impose. Fondé en 1874, il présente ses collections de maquettes de bateaux, de plans et de dessins anciens, et de tableaux retraçant l’histoire navale des Pays-Bas. Plusieurs animations permettent de se plonger dans la vie quotidienne de cet énorme port de commerce qu’est Rotterdam. À l’extérieur du bâtiment, dans le petit port adjacent, certains vieux bateaux se visitent, comme le Buffel, garde-côte de 1868.
www.maritiemmuseum.nl

Art Rotterdam
La 11e édition d’Art Rotterdam s’est déroulée début février. Établissant ses quartiers dans l’ancien terminal des bateaux de croisière transatlantique, la foire fait figure de Petit Poucet du marché mondial, en regard des grands-messes que sont la Fiac, Frieze ou Art Basel. Elle continue cependant à asseoir sa notoriété dans la région. C’est ainsi que 12 000 visiteurs, quasi exclusivement hollandais et belges, sont venus découvrir les œuvres sélectionnées par quatre-vingts galeries européennes, voire américaines. Tout n’était pas de la meilleure qualité, mais quelques pépites émergeaient de-ci, de-là, toutes présentées par des galeries néerlandaises, maîtrisant probablement mieux les goûts de leurs compatriotes. Mais la force de cette foire réside dans sa taille humaine et son programme annexe proposé en partenariat avec les institutions et les collectionneurs de la ville. Expositions, performances, projections de vidéos d’artistes, visites de collections privées, la foire offre pendant ces quelques jours un bon panorama de ce qu’est la vie culturelle de Rotterdam.
Pour élargir son audience, la foire s’est adjointe depuis deux saisons une petite sœur dédiée au design : Object Rotterdam. Si, dans les faits, les collectionneurs d’art contemporain s’intéressent aussi au design, la pertinence du rapprochement n’est pas évidente, tant la ligne directrice d’Object Rotterdam est floue, oscillant entre présentations de travaux expérimentaux de jeunes designers et expo-ventes de bijoux et babioles.
www.artrotterdam.com

Nederlands Fotomuseum
Installé dans les anciens entrepôts de la Holland America Line entièrement réhabilités en 2008, proche de l’ancien terminal des croisières transatlantiques, le musée de la photo de Rotterdam abrite la plus importante collection de photographies hollandaises – plus de trois millions de négatifs, diapositives, tirages et documents. L’institution organise à partir de son fonds de nombreuses expositions qu’elle met en perspective des photographes internationaux.
À voir jusqu’au 24 mai, une exposition des jeunes talents néerlandais de la photographie.
www.nederlandsfotomuseum.nl

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°623 du 1 avril 2010, avec le titre suivant : Initiatives privées : une tradition à Rotterdam

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque