Vendredi 13 décembre 2019

Fondation

Fermeture définitive de la Fondation Pierre Arnaud à Lens

Par Alexia Lanta Maestrati · lejournaldesarts.fr

Le 1 février 2018 - 340 mots

LENS / SUISSE

Confrontés à une situation économique difficile, les fondateurs et mécènes ont décidé de cesser les activités de la Fondation Pierre Arnaud à partir du 21 mai 2018, après cinq ans d'existence.

La Fondation Pierre Arnaud, Lens, Suisse
La Fondation Pierre Arnaud, Lens, Suisse

La Fondation Pierre Arnaud avait ouvert en 2013 dans la plaine montagneuse de Lens en Suisse. Le centre d’art affichait le projet singulier de développer le tourisme culturel de cette région montagneuse. Les recettes en baisse que connaissait le centre depuis deux ans ont entraîné une dette grandissante, une diminution du nombre d’expositions et d’employés (passant de 31 employés en 2016 à 18 en 2017). La Fondation fermera ses portes le 21 mai 2018, avec une exposition consacrée à l’art aborigène, « L’Art Aborigène - Territoire du rêve. »

La Fondation Pierre Arnaud est dédiée à l’industriel et collectionneur éponyme. Créée par sa fille Sylvie et son époux Daniel Salzmann, la collection abrite notamment des oeuvres de l’Ecole de Savièse - commune suisse de Valais, acquise par Pierre Arnaud (1922-1996).

La baisse des subventions et des financements privés, et le coût croissant des expositions, ont poussé la Fondation valaisanne à réduire la voilure. En 2016, le déficit s'élevait à hauteur de 680 000 euros, l’obligeant à se séparer de quatre collaborateurs et à passer de trois à deux expositions annuelles. En 2017, le déficit de 785 000 euros, poussa la Fondation à cesser ses activités. Après 15 jours de fermeture, les fondateurs ont finalement ré-ouvert le lieu, se séparant cette fois de neuf employés. Finalement, lors du conseil du 31 janvier 2018, face à une situation économique toujours difficile, les mécènes et fondateurs ont pris la décision de fermer définitivement le lieu en mai 2018, une mesure qu’ils définissent comme « douloureuse » et « déchirante ».

L’avenir du bâtiment en tant que tel est incertain. Conçu par l’architecte Jean-Pierre Emery, l’édifice fait écho au lac de Louché et aux montagnes avoisinantes. Il a été construit pour la Fondation grâce à la commune, à la Loterie Romande et à la Fondation Casino. Le conseil recherche actuellement des solutions de reprise pour conserver sa fonction de centre d’art.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque