Vol

Des objets antiques volés par l'EI revendus en Espagne, deux experts arrêtés

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 29 mars 2018 - 274 mots

BARCELONE / ESPAGNE

Deux experts en art ont été arrêtés en Espagne, accusés d'avoir dirigé un réseau qui écoulait des objets antiques volés sur de célèbres sites archéologiques en Libye par des groupes liés à l'organisation Etat islamique, a annoncé mercredi le ministère de l'Intérieur.

Image extraite de la vidéo de la police espagnole montrant la saisie d'une partie des objets antiques volés par Daesh
Image extraite de la vidéo de la police espagnole montrant la saisie d'une partie des objets antiques volés par Daesh.
©Policia Nacional

"Ils dirigeaient un réseau dédié à l'achat de pièces en provenance de sites archéologiques pillés par des groupes apparentés à l'organisation terroriste Daesh", acronyme arabe de l'EI, selon le communiqué du ministère. Une vidéo diffusée par le ministère montre des objets saisis par les policiers en bon état de conservation: mosaïques, sarcophages... Les agents ont saisi "de nombreuses oeuvres d'art originaires des régions Cyrénaïque et Tripolitaine (en Libye), sept mosaïques, des sarcophages et des pièces d'origine égyptienne", écrit le ministère.

Les deux hommes de 31 ans, de nationalité espagnole, ont été arrêtés dans la deuxième ville d'Espagne, Barcelone, pour "participation au délit de financement du terrorisme, appartenance à une organisation criminelle, recel de contrebande, contrebande et usage de faux". "Tous deux sont des experts en art qui achetaient ces pièces - connues sur le marché sous le nom d'« antiquités du sang » - pour les vendre dans une galerie" barcelonaise, écrit le ministère.

Les enquêteurs avaient sollicité l'aide des autorités libyennes pour déterminer l'authenticité et l'origine des oeuvres : "il a été prouvé qu'elles provenaient des sites d'Apollonie et de Cyrène, deux nécropoles qui avaient été pillées par les groupes terroristes". Cinq sites libyens sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco et avaient été déclarés "sites en péril" en 2016, telle l'immense cité grecque de Cyrène, surnommée "l'Athènes d'Afrique".

Cet article a été publié le 28 mars 2018 par l'AFP

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque