Tribune

Dubaï 2020, un projet au cœur du rapprochement entre les hommes

Le Journal des Arts

Le 29 octobre 2013 - 1009 mots

Le Cheik Nahyan bin Mubarak Al Nahyan, ministre de la Culture, de la Jeunesse et du Développement social des Émirats arabes unis, apporte des précisions sur la candidature de Dubaï à l'exposition universelle 2020.

La candidature de Dubaï à l’Exposition universelle de 2020 représente davantage que la simple volonté des Émirats arabes unis (EAU) et de ses autorités de jouer pleinement leur rôle dans l’économie globalisée et les mutations en cours de notre planète. C’est avant tout un engagement à œuvrer pour le rapprochement des peuples et pour le dialogue au bénéfice de l’échange et de l’enrichissement mutuel. Dans un monde où l’information circule désormais à la vitesse de la lumière, il est important que les êtres humains se retrouvent autour de valeurs communes dont celle de la recherche du bien-être de l’humanité. À Dubaï, comme dans le reste des Émirats arabes unis, nous croyons dans le progrès technique et ses vertus, mais nous sommes tout autant convaincus de la nécessité de rassembler les hommes et les femmes désireux de se projeter dans le XXIe siècle. Voilà, entre autres, pourquoi nous souhaitons accueillir cette grande exposition, véritable vitrine de ce que l’homme peut accomplir de mieux et de plus beau et cela au service de ses contemporains. Forts du soutien et de l’amitié de la France, un partenaire privilégié des Émirats arabes unis en matière économique mais aussi culturelle, nous voulons célébrer l’idée du progrès au service du développement durable.

Nous n’avons aucun doute quant à la capacité de Dubaï d’abriter pareille manifestation. En termes d’infrastructures, cette ville est l’une des mieux connectées du monde. Son aéroport, ainsi que celui tout proche d’Abou Dhabi, connaissent une croissance continue de leur trafic et les plus grandes compagnies aériennes y ont leur desserte. Dubaï est ainsi une plateforme à la jonction de plusieurs continents et de plusieurs flux économiques, commerciaux et humains. Avec son métro et ses projets de transport urbains, notre cité offrira les meilleures commodités pour les millions de personnes qui viendront visiter l’exposition. Ces derniers auront l’embarras du choix pour se loger tant le secteur hôtelier ne cesse de se développer aux Émirats, notamment à Dubaï mais aussi à Abou Dhabi et à Charjah. En se rendant chez nous, ces visiteurs auront aussi la possibilité de découvrir d’autres facettes de notre pays, parmi lesquelles une offre touristique des plus importantes et modernes. Cela sans oublier un environnement culturel de qualité puisque les Émirats arabes unis disposent déjà d’un nombre important de musées à vocation universelle.

Bien entendu, il est important pour nous de souligner que la cité de Dubaï, ville où cohabitent en toute tranquillité plus d’une centaine de nationalités, est l’une des plus sûres au monde et cela ne peut que rassurer les visiteurs venus de loin. Une Exposition universelle ne peut être réussie que si l’endroit qui l’accueille correspond aux enjeux d’une telle manifestation. Nous avons pour cela choisi un emplacement qui répondra à toutes les attentes des exposants, mais aussi des visiteurs. Très spacieux, facilement accessible et très proche des principaux aéroports mais aussi des zones touristiques et culturelles, le site dédié à l’Exposition universelle sera doté des meilleures installations technologiques. Il sera ainsi la vitrine du savoir-faire, déjà reconnu dans le monde, des Émirats arabes unis en matière d’organisation de grandes manifestations. Nous sommes persuadés que l’Exposition universelle de 2020 sera un événement intense et historique et c’est pourquoi il nous tarde déjà de pouvoir accueillir ses premiers visiteurs.

Expo 2020 : dernière ligne droite pour les États candidats

Le cycle des colloques de présentation des projets de candidature pour l’Exposition universelle de 2020 s’est achevé la semaine du 21 octobre à Dubaï. Après les présentations des villes candidates que sont Dubaï aux Émirats arabes unis, Ekaterinburg en Russie, Izmir en Turquie et São Paulo au Brésil, la prochaine étape sera le vote décisif, le 27 novembre prochain, de l’Assemblée générale du Bureau international des expositions (BIE) qui a la tutelle sur ces manifestations depuis 1928.

Les Expositions universelles sont destinées, depuis la première édition à Londres en 1851, à promouvoir le progrès technique et industriel des nations du monde. Depuis la création du BIE chargé de veiller à l’application d’un règlement universel, elles ont aussi pour vocation la coopération internationale et l’enseignement auprès du public. Chaque pays peut se porter candidat à l’organisation d’une Exposition sur son territoire sous réserve d’avoir adhéré à la Convention de Paris du 22 novembre 1928, qui réglemente la fréquence des expositions et définit les droits et obligations des exposants et des organisateurs. Les États deviennent alors membre du BIE et peuvent participer aux Assemblées générales qui gèrent les candidatures. Aujourd’hui, 167 États composent le BIE.

Les dépôts de candidature, qui doivent intervenir entre 9 et 6 ans avant la date proposée pour l’ouverture de l’Expo, précisent le thème et les modalités de l’événement. Après une étude de la faisabilité des projets, une Assemblée générale élit par vote au scrutin secret le projet qu’elle souhaite soutenir. Le lauréat est celui qui a su recueillir le plus de voix, chaque nation disposant d’une seule. Pendant ce temps, les candidats doivent mener une campagne de promotion pour développer leur thème, capter l’attention internationale et ainsi s’assurer du soutien de leur projet. Les colloques pour l’Expo 2020 qui viennent de se terminer à Dubaï participent de cette initiative.

Pour le moment, c’est l’Italie qui se prépare à accueillir à Milan en 2015 la prochaine Exposition universelle. Forte de sa culture culinaire, le thème qu’elle a choisi est celui des défis auxquels la planète doit faire face pour nourrir sa population dans ce nouveau millénaire. Milan attend 21 millions de visiteurs. Les projets de candidature pour l’Exposition de 2025 sont déjà sur les rails : Paris vient d’annoncer la création d’un comité de recherche et de promotion du thème qu’elle proposera au BIE lors du prochain dépôt en 2016. Présenté au Sénat le 15 octobre 2013, « Expositions universelles et territoires : de 1855 à 2025 » (www.expofrance2025.com) est le thème que Paris défendra pour développer son ambition de rayonnement universel.

Julien Rocha

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°400 du 1 novembre 2013, avec le titre suivant : Dubaï 2020, un projet au cœur du rapprochement entre les hommes

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque