Un couturier bien taillé

Par Christine Coste · L'ŒIL

Le 28 septembre 2016

MONOGRAPHIE - Les villes sont des organismes vivants. Barres d’immeubles, zones pavillonnaires, chantiers ou usines : Stéphane Couturier en dégage l’ossature, les détails et les couleurs.

La dynamique graphique si propre à chacun forme un univers en soi indissociable de ceux qui l’occupent. La monographie, la première du genre qui lui soit consacrée, revient sur vingt-cinq années de créations marquées par une grande cohérence. Passer d’une photographie à une autre compose, de Séoul à Alger, une chorégraphie rythmée et déliée à laquelle on revient sans se lasser.

Stéphane Couturier

Éditions Xavier Barral, 208 p., 40 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°694 du 1 octobre 2016, avec le titre suivant : Un couturier bien taillé

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque