Mercredi 1 décembre 2021

Livre

Un businessman nommé Picasso

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 29 septembre 2021 - 138 mots

Essai. Puisant dans les archives de Picasso, Annie Cohen-Solal voudrait suggérer que l’artiste a été maltraité par une partie – xénophobe – de la France.

Mais s’il est vrai que jusqu’au tournant de la Seconde Guerre mondiale, les institutions artistiques officielles l’ont rejeté et que les Renseignements généraux avaient un œil peu bienveillant sur lui, il est difficile de trembler pour l’artiste. Il traverse le premier conflit sans grand dommage et le second encore moins, riche, très riche, reconnu internationalement et plus ou moins protégé par des amis attentionnés. Sans méconnaître le génie de l’Espagnol, l’ouvrage dresse – à son corps défendant ? – le portrait peu flatteur d’un businessman entouré d’habiles marchands et conseillers. La chronologie précise de sa demande de naturalisation en avril-mai 1940 rétablit la vérité des faits qui sont loin d’être défavorables aux Autorités.

Annie Cohen-Solal, Un étranger nommé Picasso,
Fayard, 2021, 748 p., 28 €.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°574 du 1 octobre 2021, avec le titre suivant : Un businessman nommé Picasso

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque