ARCHITECTURE

Toujours plus

Par Gilles de Bure · Le Journal des Arts

Le 17 juin 2008

Les éditions Taschen publient deux mastodontes, une encyclopédie et une monographie consacrée à l’Américain Richard Meier.

Taschen a encore frappé ! Coup sur coup, deux mastodontes arrivent en librairie, tous deux en section architecture.

Le premier est une monographie, signée Philip Jodidio, remarquablement mise en pages par l’éternel Massimo Vignelli, et consacrée au plus « corbuséen » des architectes américains, Richard Meier auquel on doit, à Paris, en bords de Seine, l’ancien siège de Canal . Cette veine « corbuséenne », Meier ne l’aura jamais aussi bien exprimée que dans les maisons particulières qu’il édifia dans les années 1960/1970, avec, notamment : la Smith House à Darien (Connecticut, 1965/1967) ; la Hoffman House à East Hampton (New York, 1966/1967) ; la Saltzman House à East Hampton (New York, 1967/1969) ; la Old Westbury House (New York, 1969/1971) et la Douglas House à Harbor Springs (Michigan, 1972/1973), et dans lesquelles il donna le meilleur de lui-même en termes de confort, d’espace et de lumière bien plus que d’idéologie. Cinquante ans de carrière sont ainsi résumés en plus de 500 pages.

Le second est non seulement un mastodonte, mais encore un monstre documentaire. Cette encyclopédie, sous la direction de Peter Gössel, offre à voir et à lire l’Architecture moderne de A à Z, c’est-à-dire, d’Alvar Aalto à Peter Zumthor, en passant par Coop Himmelb(l)au, Massimiliano Fuksas, Zaha Hadid, Josef Hoffmann, Le Corbusier, Mies van der Rohe, Richard Neutra, Jean Nouvel, Christian de Portzamparc, Richard Rogers, Bernard Tschumi, Frank Lloyd Wright... Au total, 566 architectes et 34 groupes alignés comme à la parade, avec leur portrait, leur biographie, leur contexte historique, leurs principales réalisations, et tout cela illustré par des plans, des dessins et des photographies à foison. Cet outil considérable est d’une utilité évidente pour tous ceux qui s’intéressent à l’architecture. Son épaisseur a été répartie en deux volumes sous coffret. Les textes sont nets, précis, concis ; l’iconographie bien dosée. Paradoxe, ce genre d’ouvrage apparaît moins comme un livre pour historien que comme une source pour journaliste tant l’essentiel y est concentré.

- Richard Meier par Philip Jodidio, édition Taschen, 568 p., 100 euros, ISBN 978-3-8228-3683-5. - L’Architecture de A à Z, sous la direction de Peter Gössel, édition Taschen, deux volumes sous coffret, 1072 pages, 200 euros, ISBN 578-3-8228-4624-7.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°284 du 20 juin 2008, avec le titre suivant : Toujours plus

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque