Sarah Thornton : "Sept Jours dans le monde de l’art"

Tour du monde de l’art actuel en sept étapes

Par Jean-Christophe Castelain · L'ŒIL

Le 21 avril 2009

Il existe de nombreux ouvrages sur l’art contemporain et son marché. Celui-ci est tout simplement le meilleur du moment.

À ceci près qu’il raconte une histoire en cours d’obsolescence, celle d’avant la crise. L’auteur décrit sept facettes de l’art actuel, sous forme d’un récit sur une journée. Empruntant au théâtre la règle de l’unité de temps et de lieu, Sarah Thornton livre sept études vivantes et rigoureuses : une vente chez Christie’s, un cours dans une école californienne d’art, une visite à la foire de Bâle, la cérémonie du Turner Prize, la rédaction d’Artforum, l’atelier de Murakami et le vernissage de la Biennale de Venise.

Un vrai travail de pro
Sociologue et conteuse à la fois, Sarah Thornton analyse avec pertinence les ressorts du marché en s’appuyant sur des portraits de ses acteurs clefs. En bonne journaliste, elle a réalisé plus de 250 entretiens avec la plupart des personnalités en vue du monde de l’art. Elle sait garder la distance critique nécessaire avec ses interviewés, et éviter la complaisance hélas trop répandue dans ce type d’exercice.
L’ouvrage ne propose pas de thèse particulière et ne porte pas de jugement moral sur ce nouveau « clergé », pour reprendre une expression de François Léotard (lire L’œil n° 577). Il décrit le fonctionnement d’une grande vente, d’une grande foire, d’un atelier… Mais cette vision entomologiste laisse aussi apparaître les relations entre collectionneurs, galeristes, artistes, critiques d’art. Rien de neuf certes, mais il est bon de vérifier de temps en temps la justesse des théories classiques.
Il ressort de tout cela un mouvement, un bouillonnement général alimenté par un argent qui ne fait pas défaut. Depuis que les riches achètent de l’art contemporain, certains en vrais amateurs, d’autres pour faire comme les autres riches, toute la filière, du producteur/artiste, au consommateur/collectionneur, en passant par les marchands, nage dans le luxe.
Le marché très mondialisé de l’art contemporain passe pourtant peu par la France. Heureusement que Pinault et Arnault achètent. C’est grâce à nos mégacollectionneurs que la France est citée. La crise actuelle, dont l’auteur ne dit pas un mot, va-t-elle redistribuer les cartes ? La Fiac remplacer la foire de Bâle, Drouot prendre le pas sur Christie’s New York, Veilhan être plus coté que Murakami ? L’œil détrôner Artforum ? Wait and see…

Sarah Thornton, Sept Jours dans le monde de l’art, Autrement, 256 p., 21 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°613 du 1 mai 2009, avec le titre suivant : Sarah Thornton : "Sept Jours dans le monde de l’art"

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque