Miguel Chevalier

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 7 mars 2008

« Qui dit technologie dit raison. Ce pressentiment d’un nouveau monde, d’une nature plus complexe et plus profonde, qui nous est communiqué par le recours rationnel à une technologie plus avancée dans sa poétique visuelle, est infiniment exaltant. » Ces lignes, signées Pierre Restany, sanctionnent l’engagement de Miguel Chevalier sur le terrain d’un art expérimental en phase avec les mutations technologiques des dernières décennies. Pionnier en la matière, celui-ci a été l’un des tous premiers à s’interroger sur l’utilisation plastique des nouvelles donnes. La première monographie qui lui est consacrée se justifie donc pleinement. Natif de Mexico, installé à Paris au milieu des années 80,
il se fait fort d’y créer très tôt un atelier pilote d’infographie pour instruire les termes d’une esthétique pleinement originale exploitant les richesses de ces nouvelles technologies. Aux risques d’intriguer et de ne point se faire d’abord entendre, comme ce fut le cas des « Immatériaux », la fameuse exposition organisée par Jean-François Lyotard au Centre Pompidou en 1985. Curieux de toutes les investigations relatives à l’idée de mouvement, de lumière et de couleurs, impatient de toutes les possibilités visuelles et formelles déduites de l’usage des technologies nouvelles, l’art de Miguel Chevalier se fonde sur une sensation de la nature contemporaine qui vise à mettre en exergue « le changement radical de notre mode de présence au monde », comme le note encore Restany. Explorant la puissance infinie de l’image – ou, pour reprendre la formule plus juste de Laurence Bertrand Dorléac, autre préfacière de l’ouvrage, multipliant « l’image puissance infinie » –, Miguel Chevalier n’a de cesse de jouer avec tout un monde de bits, de pixels, de réseaux, de transits et autres liens subtils. Sa façon de mettre en forme un monde à part, unique et visionnaire, ne se prive par ailleurs d’aucune espèce de poésie universelle. Une judicieuse introduction au nouveau millénaire.

Pierre Restany et Laurence Bertrand Dorléac, Miguel Chevalier, entretien Patrick Imbard, éd. Arthaud, 150 ill., 275 F, ISBN 2-08-010413-6.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°519 du 1 septembre 2000, avec le titre suivant : Miguel Chevalier

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque