Mercredi 11 décembre 2019

Cinéma

Les Oscars 2018 récompensent un documentaire sur l’artiste Mindy Alper

Par Alexia Lanta Maestrati · lejournaldesarts.fr

Le 9 mars 2018 - 396 mots

LOS ANGELES / ETATS-UNIS

Heaven is a Traffic Jam on the 405 de Franck Stiefel raconte le combat de l’artiste d’art brut Mindy Alper contre ses phobies.

Heaven is a Traffic Jam on the 405 de Franck Stiefel
Heaven is a Traffic Jam on the 405
©Franck Stiefel

La 90e cérémonie des Oscars 2018, qui se tenait à Hollywood dimanche 4 mars 2018, a récompensé Heaven is a Traffic Jam on the 405, de Frank Stiefel dans la catégorie Meilleur court-métrage documentaire. D’une durée de 40 minutes, le film raconte l’histoire de l’artiste Outsider (d’art brut) Mindy Alper, peu connue du grand public. 

Ponctué par le récit de l’artiste, le film entremêle plans sur l’artiste, photographies d’archives et dessins qui s’animent. Le résultat est une mise en abyme de l’interaction entre la création et les troubles mentaux. Figuraient également dans cette catégorie : Edith+Eddie de Laura Checkoway et Thomas Lee Wright, Knife Skills de Thomas Lennon, Traffic Stop de Kate Davis et David Heilbroner et Heroin(e) de Elaine McMillion Sheldon et Kerrin Sheldon . 

 « La plupart du temps je crée pour donner au gens. Comme ça en retour ils me donnent de l’amour. J'utilise souvent mon art pour impressionner, car je pense que c’est le seul moyen dont je dispose » confesse Mindy Alper dans le documentaire. Hantée par ses phobies et ses troubles mentaux, sur le chemin de la guérison, l’artiste trouve dans l’art un exutoire. 

Le film retrace les moments marquants de la vie d’Alper, comme son enfance avec un père violent, son premier séjour en hôpital psychiatrique avant ses trente ans, et son quotidien rythmé par la prise de médicaments.  Puis lorsqu’elle décide de se suicider, et que l'hôpital lui inflige des électrochocs, qui lui feront perdre l’usage de la parole pendant une dizaine d’années. Le film se termine en 2013, lorsque les travaux de l'artiste sont présentés lors d’un solo show dans la galerie Rosamund Felsen Gallery. 

Sorti en 2016 lors du Austin Film Festival au Texas, le documentaire avait remporté le prix du public et le prix du jury dans la catégorie documentaire court. Stiefel signe ici son deuxième film, après Heaven qui relatait l’histoire de sa mère lorsqu’elle fut prisonnière des nazis.

Autre nominé cette année, le film La Passion Van Gogh (dans la catégorie film d’animation) n’a pas connu le même succès. Le premier long métrage entièrement peint à la main, a perdu  face à Coco des studios Pixar (Disney, qui a racheté Pixar, a gagné son 10e Oscar dans cette catégorie). 

Thématiques

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque