Mercredi 28 octobre 2020

Monument

Le Zervos est arrivé

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 12 février 2014 - 496 mots

Les Cahiers d’Art rééditent « le Zervos », soit tout Pablo Picasso (ou presque) en 33 volumes et 16 000 illustrations.

Qui, parmi les historiens de l’art, les marchands, les collectionneurs, les bibliophiles et les passionnés, ne connaît pas « le Zervos » ?… Ouvrage de référence épuisé de longue date, le Pablo Picasso par Christian Zervos est devenu un nouveau graal pour les amateurs désireux de posséder « tout » Picasso en 33 volumes et quelque 16 000 illustrations en noir et blanc d’une qualité irréprochable. L’éditeur Christian Zervos (1889-1970), fondateur des Cahiers d’Art – cet assemblage né en 1926 qui combine une galerie, une maison d’édition et une revue d’art situées rue du Dragon, dans le 6e arrondissement de Paris –, s’était attelé à la réalisation de ce catalogue dès 1929 sous le regard bienveillant du maître espagnol. Quarante ans durant, l’éditeur a photographié, compilé et publié – par-delà sa mort ! – toutes les peintures et dessins dans l’atelier de Picasso sous la forme d’élégants volumes souples couleur crème, aux pages épaisses à souhait. Régulièrement vendue sur le marché de l’art, cette édition complète et originale publiée entre 1932 et 1978 voit sa cote actuelle tourner autour de 45 000 euros !

Aujourd’hui, le producteur de cinéma d’origine suédoise Staffan Ahrenberg, devenu propriétaire des Cahiers d’Art en 2011, a réalisé un projet qui lui tenait à cœur : la réédition de l’ouvrage, revu et corrigé par la Picasso Administration, et sa traduction en version anglaise. Si le catalogue est en vente à la galerie de la rue du Dragon, les Cahiers d’Art se sont associés à la maison de ventes Sotheby’s pour assurer la diffusion mondiale de l’ouvrage disponible sur commande, pour la modeste somme de 15 000 euros. Le Zervos ne peut pas être qualifié à proprement parler de « catalogue raisonné ». Parce que Picasso gardait par-devers lui un grand nombre d’œuvres, ce répertoire constitue davantage un outil au service du collectionneur, outil devenu objet de collection. À l’heure où plusieurs études sérieuses signées Pierre Daix ou Brigitte Baer pour les dessins, et quantité de données consultables sur Internet proposent des répertoires précis de l’œuvre, cette réédition prend tout son sens sur le plan historique : le Zervos se consulte tel le miroir du regard de Picasso sur son œuvre. Reste qu’une présence dans le Zervos fonctionne comme un argument de vente pour le marché. La procédure d’authentification officielle des œuvres nouvelles sur le marché et non répertoriées dans le Zervos a été récemment revue. En septembre 2012, la Picasso Administration fondée et gérée par Claude Picasso faisait savoir par le biais d’une lettre signée par quatre des cinq héritiers de l’artiste que toute demande d’authentification devait désormais lui être adressée. Certains marchands continuent cependant de consulter et d’obtenir des certificats complémentaires auprès de Maya Widmaier-Picasso, fille aînée de l’artiste, spécialisée dans les dessins de son père.

Lire la tribune de Maya Picasso dans le JdA no 382, 4 janvier 2013.

Pablo Picasso par Christian Zervos, sous la direction de Christian Zervos, éd. Cahiers d’Art, 2013, 33 volumes, plus de 6 000 p., 16 000 illustrations, disponibles en français ou en anglais, 15 000 €. Les volumes ne peuvent pas être vendus séparément.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°407 du 14 février 2014, avec le titre suivant : Le Zervos est arrivé

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque