Antonio Forcellino, 1545 : les derniers jours de la Renaissance

Les derniers jours de la Renaissance

Par Pierre Pons · L'ŒIL

Le 26 juin 2013 - 156 mots

ROMAN HISTORIQUE. Décembre 1545, la première séance du concile, destiné à réformer l’Église catholique attaquée par la réforme protestante et par les dérives d’un clergé plus enclin aux plaisirs terrestres qu’à la morale, se tient dans la ville de Trente.

Cette même année, Titien, le « cynique » vénitien, se rend à Rome auprès des Farnèse pour asseoir le pouvoir de la famille papale autant que le sien. Non loin de lui, le « dieu » Michel-Ange installe ses sculptures « hérétiques » sur le tombeau de Jules II tout en exécutant les fresques de la chapelle Pauline du Vatican. Dans un récit vivant, Antonio Forcellino, spécialiste de la Renaissance, reconstitue cette année d’intrigues et de luttes d’influence qui fera basculer le monde chrétien vers plus de discipline. Un éloge de la liberté de création dans un roman « vrai ».

Antonio Forcellino, 1545 : les derniers jours de la Renaissance, Seuil, 288 p., 22 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°659 du 1 juillet 2013, avec le titre suivant : Antonio Forcellino, 1545 : les derniers jours de la Renaissance

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque