Ventes publiques

Ventes Aristophil : Mozart ne trouve pas preneur, Schumann séduit avec Faust

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 21 juin 2018 - 427 mots

Un manuscrit des Noces de Figaro de Mozart, présenté comme la pièce phare d'une vente à Paris, n'a pas trouvé preneur mercredi mais une partition du Faust de Schumann a eu plus de chance, adjugée à 650 000 euros.

Logo de la société Aristophil
Logo de la société Aristophil
©Aristophil

Ces manuscrits font partie des milliers de pièces saisies chez Aristophil, société française au coeur d'une vaste escroquerie aux dépens de petits épargnants. Estimé entre 400 000 et 500 000 euros, le manuscrit de Mozart, pourtant qualifié d'"exceptionnel" par les experts, montre la première version d'une scène du dernier acte des Nozze di Figaro (1786). Sa mise aux enchères organisée par la maison de ventes Ader Nordmann mercredi n'a pas abouti. Intitulées "Scena con Rondo", les quatre pages pages du manuscrit "sont particulièrement importantes car elles révèlent Mozart au travail, en pleine réflexion, qui étudie une piste pour une scène du dernier acte de son opéra", avait expliqué à l'AFP l'expert Thierry Bodin.

Un autre manuscrit musical qualifié d'"extraordinaire", celui du premier jet des Scènes de Faust, l'oratorio considéré comme le "magnum opus" de l'Allemand Robert Schumann, a été vendu à 650 000 euros alors qu'il était estimé à 600 000. Il s'agit d'un "manuscrit quasiment complet, parfois en plusieurs versions depuis les brouillons jusqu'à l'orchestration" de l'oratorio inspiré du chef-d'oeuvre de Goethe, selon la maison Nordmann. Schumann n'entendit jamais son oeuvre achevée car quelques mois après l'avoir terminée, il tenta de se suicider et interné, finit sa vie dans un asile.

Durant cette même vente, un manuscrit du compositeur français Henri Dutilleux (1916-2013), a été vendu 143 000 euros. Il s'agit de la partition d'orchestre des Métaboles qui a été préemptée par la BnF, institution qui dispose d'un délai d'un an pour l'acquérir à ce prix auprès de la maison de ventes. Classée auparavant comme trésor national, elle ne peut de toute façon quitter la France.

Créée en 2003, la société Aristophil avait proposé à quelque 18 000 épargnants d'investir leurs économies dans de prestigieux manuscrits qui se sont révélés largement surpayés par rapport aux prix du marché. Ces épargnants ont perdu leurs investissements, à hauteur de 850 millions d'euros et attendent depuis deux ans la mise en vente de la collection dans l'espoir de récupérer une partie de leurs économies.

Les oeuvres, dont des manuscrits du général de Gaulle ou encore un brouillon du Petit prince, ont commencé à être dispersés en décembre 2017. Le président fondateur d'Aristophil, Gérard Lhéritier, a été mis en examen en 2015 pour escroquerie en bande organisée et pratique commerciale trompeuse.

Cet article a été publié le 20 Juin 2018 par l'AFP

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque