Foire

Paris-3e

Urban Art Fair, un nouveau souffle ?

Du 11 au 14 avril 2019

Par Stéphanie Lemoine · L'ŒIL

Le 28 mars 2019 - 316 mots

PARIS

En 2016, la première édition d’Urban Art Fair au Carreau du Temple marquait l’apparition à Paris de foires spécifiquement dédiées à l’art urbain, sur le modèle de Moniker Art Fair, à Londres.

Si nombre de galeries spécialisées manquaient alors à l’appel, l’événement fut un succès public, avec près de 20 000 visiteurs. Depuis, la foire parisienne a dû subir la concurrence de nouvelles venues : en 2017, la galerie Itinerrance lançait 13 Art Fair, rebaptisée depuis District 13, et Art Élysées créait 8e Avenue pour mettre en lumière la scène artistique urbaine. Bien que le calendrier de ces événements soit distinct de celui d’Urban Art Fair, leur apparition a sans doute joué contre elle et pourrait expliquer la légère baisse de fréquentation constatée en 2018, lors de la dernière édition. À moins que l’identité de la foire, très soucieuse de présenter les cultures urbaines dans toute leur diversité, au-delà des seuls street art et graffiti, ne se soit en partie diluée dans les œuvres « pop », au kitch tape-à-l’œil, présentées au fil des éditions successives par certains marchands.

Toujours est-il que cette année viennent s’ajouter aux manques habituels (Magda Danysz, Franck Lefeuvre, Itinerrance…) d’autres absences regrettables, dont Mathgoth, La Galerie du jour (agnès b.) ou By Night. L’édition 2019 attire en revanche onze nouvelles galeries françaises et étrangères sur les trente sélectionnées. Parmi elles, Nicolas Xavier (Montpellier), Wunderkammern (Italie), Nelly Duff (Londres), et Hey ! Modern Art & Pop Culture, qui ouvre Urban Art Fair au tatouage. Signe d’un renouvellement ? En partie : aux artistes déjà présentés lors des éditions précédentes (JonOne et Monsieur Chat chez Brugier-Rigail, Katre, Rime et Shadi Alzaqzouq chez Wallworks…), viennent s’ajouter cette année quelques propositions plus inattendues, parmi lesquelles Alvaro Naddeo et Joshua Smith à la Galerie 42B, et surtout Maxime Drouet chez Openspace, dont l’installation en tunnel d’œuvres rétro-éclairées s’annonce d’ores et déjà comme l’un des temps forts de l’événement.

Urban Art Fair,
4e édition, Carreau du Temple, 2, rue Perrée, Paris-3e www.urbanartfair.fr

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°722 du 1 avril 2019, avec le titre suivant : Urban Art Fair, un nouveau souffle ?

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque