Dimanche 19 janvier 2020

Collection

Un tableau de Willem de Kooning égalerait le record historique en vente privée d’un Gauguin

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 22 février 2016 - 577 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [22.02.16] – Le producteur de cinéma David Geffen a vendu au financier Ken Griffin un tableau de Pollock pour environ 200 millions de dollars et un tableau de Willem de Kooning pour 300 millions de dollars. Il y a quelques mois le Qatar avait acquis un Gauguin pour le même montant.

Ce que The Baer Faxt laissait entendre le 17 février a été confirmé dès le lendemain par l’agence Bloomberg : les milliardaires Ken Griffin (acheteur) et David Geffen (vendeur) ont conclu une vente privée s’élevant à 500 millions de dollars pour deux œuvres, dont l’une deviendrait l’une des deux plus chères jamais vendues. La transaction aurait eu lieu à l’automne dernier, avant le ralentissement des ventes de novembre 2015 et avant le ralentissement des ventes d’art impressionniste et moderne et d’art contemporain de Sotheby’s et Christie’s ce mois-ci à Londres.

Alors que le tableau Number 17A (1948) de Jackson Pollock a été vendu « environ » 200 millions de dollars, l’huile sur toile Interchanged (ou Interchange), peinte en 1955 par Willem de Kooning a été cédée pour « environ » 300 millions de dollars. Ce prix talonne la somme déboursée pour l’acquisition de Nafea faa ipoipo (Quand te maries-tu ?), peinte par Gauguin en 1892. Début 2015, la toile avait été acquise par le Qatar à un Suisse pour environ 300 millions de dollars également. À la fin de l’année 2011, c’était Les Joueurs de cartes de Paul Cézanne (1895) qui avait fait l’objet d’une transaction entre la famille royale du Qatar et un magnat des transports maritimes grec pour 250 millions de dollars.

Les prix en ventes privées dépassent largement les records des ventes publiques, la dernière adjudication la plus élevée revenant à un tableau de Pablo Picasso : Les Femmes d’Alger (version O) (1955), vendu 179 millions de dollars par Christie’s en mai 2015.

Le tableau de Willem De Kooning Interchanged était déjà apparu sur le marché : en 1989, alors qu’il n’était estimé « que » 6 millions, il avait été adjugé 18,8 millions de dollars, prix marteau chez Sotheby’s (20,7 millions de dollars frais compris), soit 36 millions de dollars en prenant en compte la valeur actuelle du dollar. La toile de Pollock en revanche avait simplement fait l’objet d’une publication dans le magazine Life en 1949. L’exposition des deux chefs-d’œuvre à l’Art Institute de Chicago en septembre 2015, n’est certainement pas étrangère à l’acquisition : Ken Griffin, un trustee très actif, est membre du conseil d’administration du musée depuis 2004.

69e fortune mondiale selon Forbes (2015), Ken Griffin (47 ans) est le PDG fondateur du fonds d’investissement Citadel LLC. Selon l’index de Bloomberg, il détient une fortune nette de 5,6 milliards de dollars. Diplômé d’une licence en lettres et en science de l’Université de Harvard, l’homme d’affaires est un mécène connu du milieu new-yorkais (il a fait une donation de 40 millions de dollars au MoMA en décembre 2015). Il est l’acquéreur de la toile de Gerhard Richter adjugée 41 millions d’euros, prix record pour l’artiste vivant, chez Sotheby’s à Londres en février 2015.

David Geffen (72 ans) est quant à lui classé 70e fortune mondiale (2015) par Forbes. Producteur (il a notamment créé Asylum Records, Geffen Records et DreamWorks SKG), sa collection d’art était estimée à 2,3 milliards de dollars avant la transaction. En 2006, il avait déjà vendu une œuvre de Jackson Pollock (No. 5, 1948) via une transaction privée pour environ 140 millions de dollars.

Légende photo

Willem de Kooning (1904-1997), Interchange, 1955 et Jackson Pollock (1912-1956), Number 17A, 1948, exposés dans les salles du Art Institute of Chicago © Photo Art Institute of Chicago

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque