Mardi 10 décembre 2019

Un cheikh « blacklisté » en salles des ventes

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 13 novembre 2012 - 122 mots

LONDRES - Le cheikh Saud ben Mohammed Al-Thani, grand collectionneur d’antiques et cousin de l’émir du Qatar, est assigné en justice devant la Haute Cour de Londres pour « défaut de paiement » par trois marchands anglo-saxons qui avaient organisé la vente aux enchères de la collection Prospero de monnaies antiques à New York en janvier 2012.

Ils réclament au cheikh 12,2 millions d’euros d’adjudications impayées, bien que les lots soient restés en leur possession. Réputé acheteur compulsif en salle des ventes, Saud Al-Thani laisserait fréquemment des ardoises. Il devrait plus de 30 millions d’euros à Sotheby’s, 5 millions d’euros à Bonhams et au moins 3 millions d’euros à Drouot auprès de différentes maisons de ventes qui l’ont mis sur liste noire.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°379 du 16 novembre 2012, avec le titre suivant : Un cheikh « blacklisté » en salles des ventes

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque