Art contemporain

Trump n’a pas affecté les ventes de New York

Volume en forte baisse, bon taux de ventes. Malgré une nouvelle chute de 30 % de leurs adjudications par rapport à 2015, les deux leaders sont rassurés par le bon taux de lots vendus

Par Éléonore Thery · Le Journal des Arts

Le 22 novembre 2016 - 699 mots

Les auctioneers se demandaient avec inquiétude comment la victoire de Trump allait peser sur leur semaine new-yorkaise. Finalement le marché a tenu, à en juger par les prix obtenus et les taux de vente en art impressionniste, moderne et contemporain. En revanche le volume global a diminué par rapport à 2015, en raison d’un nombre moins important de chefs-d’œuvre mis à l’encan.

New York - Quelles seront les répercussions de l’élection de Donald Trump sur le marché de l’art ? D’après les analystes américains, l’incertitude autour de la politique économique qui sera menée pourrait renforcer les placements dans les œuvres d’art. Un constat renforcé par le fait que les plus aisés devraient bénéficier de mesures fiscales favorables. Les premières grandes ventes d’art contemporain de New York après son élection, qui pouvaient faire figure de test, ont témoigné d’un marché confiant. Et ce, malgré des volumes d’affaire en forte baisse par rapport aux totaux astronomiques des années précédentes. En novembre 2015, le montant total (ventes du jour et du soir) lié à l’art contemporain chez Christie’s et Sotheby’s, gonflé par la vente « The artist’s muse » et par la cession de la collection Taubman, avait atteint 1 milliard de dollars (environ 900 millions d’euros, déjà en baisse de 30 % par rapport à 2014). Cette année, ce total se monte à 695 millions de dollars (656,3 millions d’euros), soit une nouvelle baisse de plus de 30 %. En cause, une offre en deçà de l’an dernier : le nombre total d’œuvres était bien inférieur et notamment celui des œuvres à plusieurs dizaines de millions de dollars. Seules cinq œuvres ont d’ailleurs dépassé les 20 millions de dollars cette saison.

Ventes du soir

Alors que Christie’s dominait largement Sotheby’s dans ce domaine depuis plusieurs années, elle fait jeu égal pour sa vente du soir, sa consœur totalisant 276,5 millions de dollars (260,6 millions d’euros). La demande était au rendez-vous ; peu d’œuvres sont restées sur le carreau : quatre chez Christie’s et sept chez Sotheby’s. Et les deux sociétés ont été dans la fourchette haute de leurs estimations ou les ont dépassées.

L’étendue de la participation internationale était à nouveau impressionnante : chez la société américaine, les enchérisseurs venaient de 38 pays différents, avec une participation asiatique en hausse, contre 41 pays pour la maison de ventes anglaise. Par ailleurs, plusieurs records ont été enregistrés. En ouverture de la vacation, Untitled XXV (1977), une toile monumentale signée Willem de Kooning a atteint 66 millions de dollars (62,4 millions d’euros) chez Christie’s. La toile avait été vendue il y a dix ans dans le même lieu pour 27 millions de dollars (près de 150 % de hausse !). Sans doute le marché de l’artiste a-t-il bénéficié de l’exposition monographique qui lui était consacrée en 2012 au MoMA. Chez Sotheby’s, c’est le Britannique David Hockney qui a passé un nouveau cap, avec son gigantesque paysage du nord de l’Angleterre, Woldgate Woods, 24, 25, and 26 October 2006 (2006), cédé 11,7 millions de dollars (11 millions d’euros). Dans la même maison, était adjugée la collection de Steven et Ann Ames qui avaient réuni des œuvres de Ryman, de Kooning, Kiefer ou Richter. Leur toile signée de ce dernier, A B, Still (1986), également de très grand format, a été la star de la vente, en atteignant 34 millions de dollars, dans le haut de l’estimation. À noter chez Christie’s, la présence d’une huile de Dubuffet de 1961, Les grandes artères, vendue 23,7 millions de dollars, le deuxième plus haut prix, (également dans la fourchette de l’estimation) et prouvant à nouveau que le marché de l’artiste français se porte aussi bien qu’il ne s’exporte.

Note

(1) Toutes les estimations sont indiquées hors frais acheteur, tandis que les résultats sont indiqués frais compris.

Christie’s, Art d’après-guerre et art contemporain, vente du soir, le 15 novembre
Estimation : 225 M $ / 206,20 M €
Résultat : 276,9 M $ / 260,90 M €
Nombre de lots vendus : 60 sur 64 (94 %)

Sotheby’s, Art contemporain, vente du soir, le 17 novembre
Estimation : 208,5-302,3 M $ / 190-277 M €
Résultat : 276,5 M $/260,60 M €
Nombre de lots vendus : 54 sur 61 (88 %)

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°468 du 25 novembre 2016, avec le titre suivant : Trump n’a pas affecté les ventes de New York

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque