Dimanche 23 février 2020

Foire

Tefaf lance deux foires à New York

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 2 mars 2016 - 374 mots

NEW YORK / ETATS-UNIS

Tefaf aussi veut élargir son rayon d’action, alors après Bâle à la fin des années 1990 et le projet avorté de Pékin en 2013, la foire a jeté son dévolu sur les États-Unis, l’un des marchés les plus dynamiques de la planète.

Aussi, les organisateurs ont annoncé en février qu’ils lançaient deux nouvelles foires à New York – de 80 à 90 marchands chacune – qui se tiendront dans l’enceinte du Park Avenue Armory. Elles seront organisées en partenariat avec Artvest, une société de conseil en investissement financier spécialisée dans le marché de l’art, et remplaceront le Armory’s international fine art and antiques show et le Spring Masters fair.

La première foire, Tefaf New York Fall, proposera des œuvres allant de l’antiquité au XXe siècle et ouvrira ses portes du 22 au 27 octobre 2016, seulement deux semaines après Frieze Masters à Londres et à cheval sur les dates de la Fiac (20 au 23 octobre). La seconde, Tefaf New York Spring, couvrira l’art moderne et contemporain ainsi que le design et se tiendra du 4 au 9 mai 2017. Ces dates coïncideront notamment avec Frieze New York, qui draine les marchands d’art contemporain les plus influents du marché comme Gagosian, Hauser & Wirth ou David Zwirner, qui ne sont pas à Maastricht en mars. « C’est une idée de génie, née d’un certain désespoir que nous avions à ne plus voir nos clients américains depuis septembre 2001 ; même si depuis cinq ou six ans, il y avait un léger frémissement. Mais avec les événements récents, Tefaf va de nouveau souffrir d’un déficit de clients américains », commente Anthony Meyer, qui expose à Maastricht en mars.

Quel impact auront ces éditions sur la manifestation mère ? Certains pensent que cela risque d’affaiblir la foire de Maastricht. « Non je ne pense pas car Tefaf de Maastricht repose sur une clientèle européenne qui, elle, ne va pas aller à New York. Être là-bas va permettre de décupler les contacts avec les musées américains qui, eux, ont un pouvoir d’achat remarquable », poursuit le marchand. Le marché est-il prêt à absorber deux nouvelles foires ? « Je ne sais pas si c’est le meilleur moment, car la demande dans le marché de l’art montre quelques signes de fléchissement, tandis que le calendrier des salons est plus encombré que jamais », commente un connaisseur du marché.

Les articles du Grand Angle : Tefaf 2016

 

  • Les nouvelles dynamiques qui traversent Tefaf ></a></li>
	<li>Les chefs-d’œuvre se font de plus en plus rares <a  data-cke-saved-href=></a></li>
	<li>Les objets décoratifs chassent le mobilier ancien <a  data-cke-saved-href=></a></li>
	<li>L’art contemporain boude Tefaf <a  data-cke-saved-href=

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°452 du 4 mars 2016, avec le titre suivant : Tefaf lance deux foires à New York

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque