Festival

Questions à… Christine Phal et Carine Tissot

Présidenteet directrice de Drawing Now

Par Alexia Lanta Maestrati · L'ŒIL

Le 21 février 2019 - 204 mots

PARIS

Quelles sont les ambitions de la treizième édition de Drawing Now ?

En premier lieu, nous travaillons pour renforcer nos liens à l’international. Notre champ de rayonnement est d’abord l’Europe. Drawing Now a su tisser des liens très forts avec l’Allemagne, la Belgique, la Suisse, le Royaume-Uni… Des pays qui ont une relation très étroite au dessin, et où les institutionnels et les collectionneurs se mobilisent au moment du salon. Nous voulons aller au-delà et référencer la manifestation à l’international. Pour cela, nous allons à la rencontre et nous consolidons nos liens avec des institutions comme le Drawing Center (New York) et la Menil Collection (Houston). Par ailleurs, la critique d’art et curatrice d’origine portugaise installée à Londres, Joana Neves, est désormais directrice artistique.

Avec la notoriété de Drawing Now, le prix des œuvres a-t-il évolué ?

L’idée de départ était de proposer des dessins abordables d’artistes émergents. Aujourd’hui, nous ne sommes plus sur le coup de cœur à 500 euros. Il est encore possible de faire des découvertes, d’artistes qui émergent, pour moins de 1 000 euros, mais la fourchette de prix se situe aux alentours de 3 000 ou 4 000 euros et peut monter jusqu’à 100 000 euros pour certaines pièces.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°721 du 1 mars 2019, avec le titre suivant : Questions à… Christine Phal et Carine Tissot

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque