Mercredi 13 novembre 2019

Londres

Les tableaux anciens : un cran en dessous

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 19 juin 2013 - 733 mots

Christie’s et Sotheby’s visent moins haut que l’an dernier, ne proposant
aucune œuvre au-delà de 10 millions de livres.

LONDRES - En juillet 2012, 117 millions de livres étaient récoltés grâce au résultat historique de Christie’s : 85 millions de livres nourris par le prix record de 22,4 millions de livres pour L’Écluse, de John Constable. De même, en décembre 2012 chez Sotheby’s, Tête d’apôtre, une étude de Raphaël, dopait les ventes en s’envolant à 29,7 millions de livres. À moins d’une surprise, les catalogues de cette année ne recèlent pas de tels chefs-d’œuvre permettant une quelconque comparaison avec les records de l’an passé. Christie’s propose 50 lots estimés 29,5 à 44,5 millions de livres, soit la moitié des estimations historiques de juillet 2012 (61 à 88 millions de livres). La star de la soirée est une œuvre de Jan Steen, Easy Come, Easy Go, thème moralisateur peint en 1660, juste après son arrivée à Haarlem. Conservée dans la même famille depuis 250 ans, elle est estimée 7 à 10 millions de livres. « Pour un Steen, il n’y a pas mieux ! Tout y est », lance l’expert René Millet. Selon Georgina Wilsenach, directrice du département des tableaux anciens à Londres, « c’est une œuvre majeure pour l’artiste, grâce à sa taille et la complexité de la composition ». La deuxième plus haute estimation revient au tableau de Giovanni Antonio Canaletto, Le Môle, Venise, depuis le bassin de Saint Marc (est. 4 à 6 millions de livres). Il a fait partie de la collection du Duc de Norfolk depuis sa réalisation jusqu’aux années 1970. Également au programme, une œuvre inhabituelle de Nicolas Poussin, Hannibal traversant les Alpes à dos d’éléphant (3 à 5 millions de livres), achetée vers 1625 par Cassiano dal Pozzo, son protecteur. « Ce n’est pas du tout ce qu’aime faire Poussin et même si Hannibal est très poussinesque, l’éléphant est ridicule ! », commente un spécialiste du secteur. Un temps sujet à polémique (Jacques Thuillier émettait une réserve sur sa paternité), ce tableau sera cependant inclus dans le catalogue raisonné que prépare Pierre Rosenberg. Pour finir, une très belle Tête d’homme barbu
de profil, de Pierre Paul Rubens, une étude de tête dont il s’est servi pour l’Adoration des Mages (église Saint Jean, Malines) et estimée
1,5 à 2,5 millions de livres. À la mort de Rubens, son collaborateur Jan Boeckhorst a ajouté une main tenant une statuette. Cet ajout risque de rendre plus difficile la vente.

Chef-d’œuvre de Vernet chez Sotheby’s

Chez Sotheby’s 48 lots seront dispersés pour une estimation de 24 à 37 millions de livres, avec pour œuvre phare une exceptionnelle Vue d’Avignon de la rive droite du Rhône, de Claude-Joseph Vernet (1756), qui risque de faire parler d’elle. « Le Louvre fait des efforts désespérés pour l’acheter », indique une source sûre. Seul témoignage laissé par Vernet de sa ville natale, absent des ventes publiques depuis deux siècles, il est estimé 3 à 5 millions de livres. Pour René Millet, « le prix est “stratosphérique”, mais si c’est le plus beau Vernet qu’on ne verra jamais plus alors ça les vaut. Émilie Beck-Saiello, la spécialiste du peintre, semble dire que c’est un chef-d’œuvre absolu ». Fait sans précédent, la maison de ventes met aux enchères deux œuvres du Greco, jamais apparues sur le marché et estimées chacune 3 à 5 millions de livres : Saint-Dominique en prière, de la collection du Docteur Rau et Le Christ sur la croix, réalisé vers 1600-1610. Un professionnel du marché note que ces deux tableaux sont « assez faiblards et plutôt mous ». De la même collection Rau, six fresques monochromes transférées sur toile à la gloire de la famille Porto, réalisées par Giandomenico Tiepolo, vers 1760 pour le palais Porto à Vicence. Estimé 3 à 5 millions de livres, le prix paraît exorbitant pour ces œuvres au sujet un peu dur.

TABLEAUX ANCIENS (VENTE DU SOIR)

Le 3 juillet, 19h, Sotheby’s, 34-35, New Bond Street, Londres ; expositions publiques : du 29 au 30 juin, 12h-17h, du 1er au 2 juillet, 9h-16h30, le 3 juillet 9h-13h, tél.01 53 05 53 05, www.sothebys.com

SOTHEBY’S, LE 3 JUILLET

Expert : Andrew Fletcher

Estimation : 24 à 37 millions de livres (28 à 43 millions d’euros).

Nombre de lots : 48

TABLEAUX ANCIENS (VENTE DU SOIR)

Le 2 juillet, 18h30, Christie’s King Street, Londres ; expositions publiques : le 28 juin, 9h-16h30, du 29 au 30 juin 12h-17h, le 1er juillet 9h-16h30, le 2 juillet 9h-15h30, tél.01 40 76 85 88,
www.christies.com

CHRISTIE’S, LE 2 JUILLET

Expert : Georgina Wilsenach

Estimation : 29,5 à 44,5 millions de livres (35 à 52 millions d’euros).

Nombre de lots : 52

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°394 du 21 juin 2013, avec le titre suivant : Les tableaux anciens : un cran en dessous

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque