Samedi 7 décembre 2019

Le tour des galeries de la Fiac - À l’avant-garde !

Par Bénédicte Ramade · L'ŒIL

Le 11 octobre 2011 - 819 mots

Savoureux mélange de galeries confirmées et de nouvelles enseignes, de jeunes artistes et de valeurs sûres, la Fiac reste le lieu où prendre le pouls de la création : celle en train de se faire comme celle plus ancienne, mais dont la modernité reste d’une incroyable actualité…

Marcelle Alix (1.G06)
Paris - marcellealix.com - Se pliant à la règle du secteur Lafayette qui veut que les galeries ne présentent chacune pas plus de deux artistes, le tandem de Marcelle Alix a choisi d’orchestrer un
dialogue entre Ernesto Sartori et le binôme Louise Hervé-Chloé Maillet. Les artistes s’étaient déjà associées en 2010 et prolongent donc la conversation. Les jeunes trentenaires Hervé & Maillet continuent leurs extrapolations performatives et compulsives à travers un récit spéculatif nourri d’objets dont les codes de présentation empruntent à l’anthropologie tandis que Sartori expose son univers syncrétique complexe et géométrique. Tout un monde en soi !

Johann König (1.G02)
Berlin -  www.johannkoenig.de  - Un des mastodontes berlinois a donc postulé dans le secteur Lafayette à la suite de participations décevantes à la Fiac. Lui qui représente, entre autres, le très écolo Tue Greenfort ou Tatiana Trouvé, a choisi d’exposer la Britannique Helen Marten (26 ans) et ses assemblages hétéroclites. Beatrix Ruf et Hans Ulrich Obrist se sont déjà entichés de son approche très libre des codes de la sculpture et de la culture, c’est dire ! Son art donne l’impression d’aller vite, symptôme d’une génération 2.0.

Galerie Torri (1.G12)
Paris -  www.galerietorri.com - À peine un an d’ouverture et la jeune galerie de la rue Saint-Claude dans le Marais se retrouve à la Fiac quand tant de galeries parisiennes sont restées sur le carreau. Du coup, Romain Torri ose et propose une association inédite entre les toiles de la vénérable Vera Molnar (87 printemps pleins d’esprit) et l’installation
Shadow Boxing du très en vogue duo Pugnaire et Raffini aperçu au Palais de Tokyo. Autour de cette sculpture métallique cabossée et de la vidéo qui en documente l’attaque, les toiles récentes et vivement colorées de Molnar donnent l’impression de s’acharner sur une rectitude géométrique devenue obsolète.

Bugada & Cargnel – Cosmic Galerie  (1.F01)
Paris -  www.bugadacargnel.com - Cédant à la vague historienne qui secoue plusieurs de ses consœurs parisiennes et qui consiste en la redécouverte de figures historiques, vivantes ou décédées, la galerie du 19e arrondissement parisien montre des tondi de Julio Le Parc réalisés au début des années 1970 parmi les œuvres du prix Duchamp de l’année, Cyprien Gaillard, mais aussi des créations de Pierre Bismuth, Étienne Chambaud et Nick Devereux. Les toiles circulaires de cette figure de l’Op Art, aujourd’hui octogénaire, constituent le répondant idéal et musclé à la fougue parfois arrogante de la coqueluche Gaillard, presque une joute !

Project88 (1.G16)
Mumbai  -  www.project88.in  - Vues dans l’exposition « Indian Highway » à Lyon cet été, les planches de bande dessinée de l’Indien Sarnath Banerjee couvrent exclusivement le stand de la galerie de Mumbai, Project88, acteur dynamique du marché de l’art dans cette mégalopole. Banerjee y déploie une histoire critique de l’Inde, écrivant ses nouvelles dans un style graphique simple et direct, publiées ou assemblées dans des vidéos. En saisir toutes les aspérités et les nuances demande du temps et de l’attention, un parti pris osé sur une foire.

Cortex Athletico  (1.H14)
Bordeaux -  www.cortexathletico.com - Il y a peu de galeries installées hors des grandes capitales qui parviennent à tirer leur épingle du jeu sur le plan international, c’est pourquoi il faut souligner la belle longévité de la bordelaise Cortex Athletico. Après avoir montré Rolf Julius l’an dernier, la galerie revient au principe de l’exposition de groupe autour d’œuvres de cet artiste, mais aussi de Pierre Clerk (en prolongement d’un travail de fond sur cet octogénaire né à Atlanta et installé en France), de Benoît Maire, d’Angel Vergara, de Nicolas Descottes, de Damien Mazières, de Charles Mason et de Masahide Otani.

Galerist  (1.H19)
Istanbul -  www.galerist.com.tr - Bien qu’elle ne participe pas au secteur Lafayette, la galerie stambouliote a pris le parti de restreindre sa proposition au duo :mentalKLINIK (fondé en 1998 par Yasemin Baydar et Birol Demir) et à la féministe Nil Yalter installée en France depuis 1965. Ses vidéos politiques exposées dans « Elles » au Centre Pompidou et celles sur l’immigration diffusées à la Cité du même nom témoignent d’un engagement sans faille, à découvrir en pendant de l’univers hirsute, insaisissable et critique des :mentalKLINIK.

Galerie Lucile Corty (1.G15)
Paris -  www.lucilecorty.com - Ne voulant pas se contraindre à montrer seulement deux artistes, la jeune galeriste a donc postulé au grand bain de la Fiac en associant les travaux de Thomas Schmidt, Émilie Pitoiset, Aurélien Porte et Roxane Borujerdi avec qui elle a ouvert la saison dans ses murs. Bonne pioche puisqu’elle fait partie des heureux élus. On découvrira donc les univers bricolés, géométriques et colorés de cette jeune artiste formée aux Beaux-Arts de Paris, ainsi qu’une sculpture de We are The Painters aux Tuileries.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°640 du 1 novembre 2011, avec le titre suivant : Le tour des galeries de la Fiac - À l’avant-garde !

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque