Mercredi 21 février 2018

Bilan semestriel

Le palmarès bouge

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 25 juillet 2007

Quels sont les points forts des opérateurs des ventes publiques aux enchères à Paris ? Un retour sur les grandes tendances spécialité par spécialité.

PARIS - À mi-course de l’année 2007, le palmarès des premières maisons de ventes françaises ne réserve pas vraiment de surprises. Christie’s se situe toujours au sommet (100,3 millions d’euros), très loin devant Artcurial (52,6 millions d’euros). Sotheby’s a donné le coup de pouce nécessaire à sa salle de ventes parisiennes (38,3 millions d’euros) pour dépasser la SVV Tajan (33,3 millions d’euros). Puis se succèdent Piasa (24,5 millions d’euros) ; Pierre Bergé & associés (22 millions d’euros) ; Millon & associés (19 millions d’euros) ; le Neuilléen Claude Aguttes (15,6 millions d’euros) ; Cornette de Saint Cyr (12,1 millions d’euros) et Beaussant-Lefèvre (11,6 millions d’euros).

L’art moderne et contemporain
L’art contemporain est la star incontestée du marché de l’art international. À Paris, Christie’s, avec un chiffre d’affaires de 24,5 millions d’euros en une seule vacation, a réalisé en mai un record historique en France pour une vente d’art d’après guerre et contemporain. Portée par une conjoncture favorable, la maison de ventes s’est autorisée la présentation de quelques pointures internationales, lesquelles ont boosté sa vente avenue Matignon, ainsi Untitled (Figure on a Dais) de Francis Bacon pour 6,8 millions d’euros. Détrônée dans cette spécialité, Artcurial enregistre 14,7 millions d’euros, soit tout de même une hausse significative de 38 % par rapport au premier semestre 2006. Sotheby’s, qui est aussi en progression avec près de 6 millions d’euros de recette, conserve une sélection d’œuvres destinée au marché franco-européen dont le « top lot » a été le Tableau cassé de Martial Raysse cédé au prix record de 816 000 euros. Chez Cornette de Saint Cyr, l’art contemporain représente 75 % de l’activité semestrielle en valeur. Quant à la maison Tajan, elle a enregistré 4 millions d’euros de moins comparativement à sa vente de prestige de mai 2006. Le récent départ de Tzila Krugier de la tête du département contemporain ne devrait pas arranger les choses.
Quant il ne part pas à l’export, l’art moderne est un poids lourd du marché français. Il représente 14,6 millions chez Christie’s ; 10,8 millions chez Artcurial, et 11 millions chez Aguttes. Le secteur enregistre de bons prix chez Millon & associés avec La Seine à Lavacourt (1879), de Claude Monet, toile emportée pour 1,3 million d’euros à Drouot. La meilleure enchère revient à Christie’s pour Femme nue se coiffant, d’Édouard Manet, acquis par un collectionneur américain pour 5,6 millions d’euros.

Tableaux et dessins anciens
Le Reniement de saint Pierre, cette grande toile de Hendrick Ter Brugghen, s’est finalement vendue 2,1 millions d’euros, son estimation basse, chez Tajan le 20 juin, après avoir été proposée au Musée du Louvre pour presque trois fois cette somme. Les tableaux et dessins anciens ont beau être un domaine traditionnel chez Tajan, Piasa et Beaussant-Lefèvre, c’est encore Christie’s qui mène la danse avec un total de 11,9 millions d’euros dans ce secteur. Un chiffre assez significatif pour ne plus laisser indifférente sa concurrente Sotheby’s. « Pour ne pas être à la traîne sur le marché parisien, nous avons revu notre positionnement. On ne s’interdit plus de garder certaines œuvres italiennes ou hollandaises de goût international à Paris, jusqu’à 500 000 euros pièce, voire plus. Les grands chefs-d’œuvre de Rembrandt ou Canaletto sont toujours destinés aux places de Londres et de New York », explique l’expert parisien de Sotheby’s, Nicolas Joly. Ainsi, à la grande surprise de son département londonien, l’auctioneer a vu s’envoler à Paris L’Éducation de la Vierge de Giovanni Domenico Tiepolo pour 264 000 euros, un record pour un dessin de la grande série biblique de l’artiste.

L’Art déco et le design
Le marché de l’Art déco est de même teneur à Paris qu’à New York. Si aucune collection équivalente à celle des Dray en 2006 chez Christie’s n’est passée sur le marché ce semestre, les ventes générales rendent compte de bons résultats pour des pièces de qualité. Ainsi, un porte-torchère en bronze d’Armand Albert Rateau est parti à 816 000 euros chez Sotheby’s ; un meuble-bibliothèque en palmier et padouk d’Eugène Printz a été emporté pour 513 600 euros chez Christie’s ; une table basse de Paul Dupré-Lafon a été vendue 322 200 chez Artcurial, ou encore un miroir circulaire par Jacques-Émile Ruhlmann a été adjugé 246 000 euros à Drouot chez Camard & associés.
Le design, de plus en plus à la mode, reste la spécialité de quelques maisons de ventes telles Artcurial, Camard & associés et Cornette de Saint Cyr. La plus grande surprise vient de Pierre Bergé & associés (PBA) qui, avec 2,6 millions d’euros de recette à Bruxelles, a enregistré l’une des plus importantes ventes de design en Europe.

Le mobilier XVIIIe français
Cette spécialité bien française compte de nombreuses ventes partout à Paris et ce, durant toute l’année. Cependant, les plus remarquables vacations ont eu lieu le 29 janvier à Drouot chez Binoche, où une table de salon de forme ovale à décor de chinoiseries estampillée Topino s’est vendue quatre fois son prix à 144 000 euros, et le 29 mars chez Sotheby’s avec un bureau à transformation en bois de violette d’époque Régence, de forme très originale, parti à 72 000 euros, le double de son estimation. « Les acheteurs, qui laissent passer ce qui est très classique ou courant, sont en revanche en embuscade pour les pièces rares, originales et de bonne qualité d’exécution. Ils sont aussi attentifs aux provenances », note Brice Foisil, expert chez Sotheby’s. Le prix du XVIIIe français n’ayant pas retrouvé son niveau de 2000, depuis la raréfaction des acheteurs américains, les collectionneurs sont peu enclins à vendre. Par conséquent, dès qu’un beau meuble passe sur le marché, il flambe. Le 21 juin chez Christie’s, une table à écrire d’époque Louis XVI, doublement estampillée Jean-Henri Riesener et Adam Weisweiler, s’est envolée au quadruple de son estimation haute, à 324 000 euros.

Les arts premiers, la bibliophilie et l’art d’Asie
Le marché des arts premiers reste bien ancré à Paris, grâce notamment aux belles vacations de Sotheby’s (6 millions d’euros), même si PBA a organisé une première vente (1,9 million d’euros) à Bruxelles. Dans le domaine de la bibliophilie, on retrouve les deux mêmes protagonistes. L’avantage revient ce semestre à Sotheby’s avec 10 millions d’euros dont la moitié pour la collection Leroy. Enfin, l’art d’Asie monte en flèche. Les maisons se mobilisent, motivées par les achats asiatiques en pleine croissance. Avec un total de 13 millions d’euros, Christie’s s’impose encore.

Le CVV tire la sonnette d’alarme

Le 25 juin, le Conseil des ventes volontaires (CVV) a présenté son 5e rapport annuel d’activité pour 2006. D’après lui, le constat est alarmant pour la France : alors que le marché mondial des ventes aux enchères d’objets d’art s’est accru de plus de 34 % en 2006, la part du marché français a reculé de 5,8 % en un an. Parallèlement, les exportations françaises d’œuvres d’art vers les places de Londres et New York augmentent de manière significative. Le rapport souligne l’absence en France d’une « industrie » puissante capable d’affronter la concurrence des multinationales, un manque qui devrait inciter les professionnels du secteur à opérer de manière collective. Interrogé à ce sujet, Georges Delettrez, président de Drouot Holding, nous a déclaré : « Soixante-quatorze SVV travaillent à Drouot chacune de son côté. Il est dommage qu’à cause de la force des individualités nous ne parvenions pas à un regroupement. »

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°263 du 6 juillet 2007, avec le titre suivant : Le palmarès bouge

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque