Lundi 17 décembre 2018

Numérique

La plate-forme Arteïa, un outil pour le collectionneur

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 4 juillet 2018 - 192 mots

Bruxelles. Fondée en 2016 par Philippe Gellman (directeur général) et Marek Zabicki, la plate-forme dévolue à la gestion des collections est opérationnelle depuis le début du mois de juin.

La particularité d’Arteïa ? Avoir été conçue par des collectionneurs pour des collectionneurs. D’ailleurs, deux grandes familles de collectionneurs, Marian et Taittinger, ont rejoint le projet. La société a rapidement su convaincre les investisseurs puisque qu’elle a déjà levé 2 millions d’euros. « Nous avons poussé assez loin les fonctionnalités pour avoir un tableau de bord complet de l’ensemble de sa collection », commente Philippe Gellman. Ce « tableau de bord » a trait à la gestion des œuvres : archivage, factures d’achat, « condition reports »…, mais concerne aussi la logistique, le stockage ou l’assurance des pièces. La plate-forme dispose également d’un outil financier permettant de suivre l’évolution de la valorisation de sa collection. « Toutes ces fonctionnalités sont abordées par le biais d’une technologie de pointe et offrent une sécurité absolue. » En effet, seul le collectionneur a accès à ses données, la société ne le pouvant pas. Le secteur est prometteur. « Nous sommes sur un marché sous-équipé, qui reste à conquérir à 98 % », souligne Philippe Gellman.

www.arteia.com

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°505 du 6 juillet 2018, avec le titre suivant : La plate-forme Arteïa, un outil pour le collectionneur

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque