Vendredi 19 octobre 2018

Politique

Trafic illicite

La France va enfin appliquer la convention Unesco

Jacques Toubon s’y engage

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 septembre 1994 - 441 mots

Dans son numéro 4 de juin, le JdA se demandait "pourquoi la France n’appliquait-elle pas la convention Unesco ?" signée à Paris contre les trafics illicites de biens culturels. Après avoir lu cet article, le sénateur du Nord et ancien ministre, Jacques Legendre, a posé une question écrite au ministre de la Culture et de la francophonie, Jacques Toubon, qui "vient de prendre les initiatives nécessaires à l’engagement de la procédure de dépôt de l’instrument de ratification du 14 novembre 1970".

PARIS - Le JdA faisait observer [cf. JdA n°4 - juin 1994] que le Parlement avait autorisé la ratification de la convention Unesco depuis plus de 10 ans par une loi, promulguée et publiée au Journal Officiel. Il restait à transmettre à l’Unesco les instruments de ratification, c’est-à-dire les pièces faisant preuve de la ratification, et l’indication de la date à laquelle la France serait liée à la convention.

Or, cette simple formalité n’a pas été remplie, et Jean-Marie Schmitt dans son article s’interrogeait sur les raisons de cette "carence".

Le 9 juin, M. Jacques Legendre a tenu à demander à M. Jacques Toubon "de bien vouloir lui faire savoir s’il est exact que la France n’a toujours pas transmis à l’UNESCO les instruments de ratification de la convention signée à Paris en 1970 contre les trafics illicites de biens culturels".

Voici l’intégralité de la réponse du ministre de la Culture et de la francophonie : "C’est en raison de diverses difficultés juridiques de mise en œuvre que n’ont pas été  déposés les instruments de ratification de la convention de l’Unesco signée à Paris le 14 novembre 1970 concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation et le transfert de propriété illicites de biens culturels, entrée en vigueur le 24 avril 1972 et dont le Parlement français a autorisé la ratification par la loi n° 83-347 du 28 avril 1983.

Les difficultés relatives aux possibilités d’action en restitution des États étrangers sur le territoire français et à l’indemnisation des propriétaires de bonne foi sont en voie d’être levées du fait, d’une part, de la loi n° 92-1477 du 31 décembre 1992 prise en application d’un règlement communautaire qui a permis un rapprochement des dispositifs de protection des biens culturels avec ceux prévus par la convention et, d’autre part, de la prochaine transposition de la directive communautaire n° 93/12/CEE du 15 mars 1993 relative à la restitution de biens culturels ayant quitté illicitement le territoire d’un État membre.

Aussi le ministre de la Culture et de la francophonie vient-il de prendre les initiatives nécessaires à l’engagement de la procédure de dépôt de l’instrument de ratification du 14 novembre 1970".

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°6 du 1 septembre 1994, avec le titre suivant : La France va enfin appliquer la convention Unesco

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque