Foire

« La Fiac Week » tente de faire bonne figure sans sa locomotive 

Par Lorraine Lebrun · lejournaldesarts.fr

Le 20 octobre 2020 - 578 mots

PARIS

Les évènements de la semaine de l’art contemporain, gravitant autour de la Fiac se tiennent contre vents et marées. 

Grand salon de l'édition 2020 de Private Choice. © Photo Theo Baulig
Grand salon de l'édition 2020 de Private Choice.
© Photo Theo Baulig

L’annulation de la Fiac, annoncée mi-septembre, était autant redoutée qu’attendue, tant la dégradation de la situation sanitaire laissant présager que ce grand salon international ne pourrait se tenir cette année. Mais depuis quelques temps, il était devenu le navire amiral d’une constellation d’évènements, se déroulant en parallèle. Le « Off », constitué d’initiatives de plus petites envergures – et donc plus adaptables aux contraintes sanitaires – est bien décidé à se tenir. Récapitulatif. 

Private Choice a pris un peu d’avance en ouvrant la semaine dernière sa 9e édition, dans un appartement haussmannien à proximité du Grand Palais. Sur le thème du « Voyage intérieur », la foire propose aux visiteurs de déambuler dans le cadre intimiste de ce qui serait un appartement de collectionneur. 

Outsider Art Fair, foire spécialisée dans l’art brut, ouvre mercredi son expo-vente « Sexual Personae » à l’hôtel Drouot, où a été délocalisé cette 8e édition. Elle se double d’un site internet dédié. 

Asia Now ouvre également mercredi. Avec un positionnement de niche sur l’art contemporain asiatique (avec cette année une ouverture sur l’Inde) et sa dimension réduite rassurante en cette période, la 6e édition de cette foire est renforcée par l’arrivée d’importantes galeries privées de FIAC. 

C’est également le cas de Galeristes, dont la 5e édition se tient à partir de jeudi au Carreau du Temple, avec un positionnement axé sur le public local - un atout de taille en cette période - passant même de 25 exposants prévus initialement, à 40. 

Paris Internationale, pour sa 6e édition, a quant à elle vu son nombre d’exposants amputé d’un tiers, mais se tiendra tout de même selon un modèle revisité, dans une ancienne supérette de la Rive Droite.

Investissant la nef du Grand Palais laissée vacante par l’annulation de la Fiac, la galerie Perrotin propose elle, en co-production avec la RMN-GP, la chasse au trésor « Wanted! ». Le concept ? Proposer aux visiteurs de partir en quête de 20 œuvres de 20 artistes représentés par la galerie, disséminées sous la verrière. Les œuvres sont offertes à ceux ayant réussi à les dénicher. Les réservations sont déjà complètes.

De leur côté, les galeries jouent la carte du collectif. Reprise d’une initiative de 2016 ayant fédéré une dizaine de galeries de Saint-Germain-des-Prés, « Rendez-vous » regroupe 66 galeries ayant fait un vernissage commun le 8 octobre. Parmi elles, la Galerie Le Minotaure de Benoit Sapiro, la Galerie Bernard Dulon, la Galerie Christian Deydier et la Galerie Xavier Eeckhout, qui ont été à l’initiative de l’évènement.

De façon plus large, le Comité professionnel des galeries d’art (CPGA) a lancé Le Pari(s), La Semaine de l’Art, afin de fédérer les galeries parisiennes autour d’un seul et même vecteur de communication, recensant et diffusant les différentes initiatives. Près de 200 galeries sont ainsi cataloguées sur une carte interactive, qui permet de connaître les 135 galeries qui ouvriront exceptionnellement ce dimanche. Néanmoins, la traditionnelle Nocturne des Galeries, prévue ce jeudi 22 octobre jusqu’à 22h, se verra nécessairement rabotée, couvre-feu oblige. 

ART Shopping pensait également pouvoir faire la résistance. Pour sa 26e édition, ce salon pluridisciplinaire de l’art contemporain, qui devait se tenir du 23 au 25 octobre au Carrousel du Louvre, n’ouvrira finalement pas ses portes. L’édition de Deauville, qui doit se tenir du 30 octobre au 1er novembre au Centre International de Deauville, est quant à elle maintenue.
 

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque