Samedi 17 novembre 2018

La "collectionnite" des stars de la pop music

D’Elton John à David Bowie et Madonna, les chanteurs anglo-saxons se sont pris de passion pour l’art

Le Journal des Arts

Le 24 janvier 2003 - 1629 mots

Est-ce l’art qui fait les stars ou les stars qui font l’art ? En Grande-Bretagne, une tendance pas aussi nouvelle qu’elle n’y paraît tend à s’amplifier : les stars du rock et de la musique pop deviennnent des collectionneurs d’art extrêmement actifs.

LONDRES - Lorsque Balthus, l’une des dernières légendes de la peinture du XXe siècle, est mort, Bono, le chanteur de U2, était à son enterrement où il a chanté pour le repos de l’âme de son ami. Balthus était aussi un proche de David Bowie. Les célébrités et les stars sont de plus en plus présentes dans le monde de l’art : Madonna, David Bowie, Elton John, Jarvis Cocker du groupe Pulp, Brian Eno et Bryan Ferry sont non seulement des collectionneurs avides, mais ils font aussi partie des mécènes qui encouragent les jeunes talents en Grande-Bretagne. “Ce groupe de pop stars et de rock stars a réellement imprimé sa marque sur le marché, explique Fernando Mignoni, directeur du département de Peinture d’après guerre chez Christie’s à Londres. Son influence est telle qu’elle modifie même les tendances artistiques. Mais le phénomène doit être appréhendé comme faisant partie d’un mouvement global qui inclut musique, peinture et toutes les formes d’art.” La galerie londonienne White Cube, dirigée par Jay Jopling, représente, entre autres, Gary Hume et Sam Taylor-Wood, qui figurent parmi les artistes les plus collectionnés et qui ont, par ailleurs, travaillé avec Elton John, les Pet Shop Boys et Stella McCartney. Selon Honey Luard, chargé des relations publiques de White Cube, “la relation entre la musique et l’art n’est pas spécifique de notre époque. Lou Reed, un ami de Julian Schnabel, utilisait déjà des œuvres d’Andy Warhol pour les pochettes de ses disques, et Mick Jagger avait commandé des portraits à Warhol. Le pop art a toujours été étroitement lié au rock ; c’est la même génération”. “Cela n’a rien d’étonnant, poursuit Fernando Mignoni. Ces musiciens ont une sensibilité particulière et, d’un certain point de vue, visionnaire, qui les incite à s’identifier à l’art moderne et à l’art contemporain.”

L’initiateur
Cependant, toutes les pop stars n’excluent pas l’art plus ancien. Par exemple, la collection d’Elton John comprend aussi bien du mobilier du XVIIIe siècle que les photographies les plus récentes d’Helmut Newton. “Les œuvres d’art sont mes amies, déclare le chanteur. Les belles choses m’inspirent. Je partage cinq maisons avec David, mon compagnon, et toutes sont remplies d’œuvres d’art.” Elton John a commencé avec l’Art nouveau, puis est passé aux grands maîtres du XXe siècle tels René Magritte, Pablo Picasso, Francis Bacon et Andy Warhol, et la jaquette de son dernier album, Songs from the West Coast, a été réalisée par Sam Taylor-Wood. “C’est une bonne amie que j’ai connue par l’intermédiaire de Jay Jopling, un grand galeriste londonien à qui j’ai acheté beaucoup de choses – Damien Hirst, les frères Chapman, Tracey Emin et Gary Hume pour ne citer qu’eux.”
À l’instar de nombreuses pop stars, Elton John a bénéficié d’un initiateur. “C’est Gianni Versace qui m’a ouvert les yeux, admet-il. Il m’a emmené dans les musées, les galeries, les églises ; l’art est devenu quelque chose d’essentiel pour moi. Lorsque je me réveille le matin dans ma chambre à Nice, je suis entouré d’œuvres de Julian Schnabel, David Hockney, Andy Warhol, Cecily Brown, Philip Taaffe et de photographies de Norman Parkinson, un photographe de mode que j’adore. Puis je descends et me retrouve face à un superbe Damien Hirst. Au printemps dernier, j’ai acheté trois nouvelles pièces : un Lucas Samaras, un Jean-Michel Basquiat et un Andy Warhol, que j’ai accroché dans la cuisine. Mais ce qui me tient le plus à cœur, poursuit-il, c’est ma collection de photographies.” Cette collection réunit plus de 400 œuvres de Horst P. Horst, Irving Penn, Herb Ritts et Nadar, qui furent exposées l’année dernière à Atlanta où le chanteur possède un immense appartement. Mais c’est à Windsor, lieu de sa résidence principale, qu’il a décidé de construire une galerie pour sa collection de photographies anciennes et contemporaines.
Elton John, tout comme Mick Jagger et George Michael, est un habitué de la Hamiltons Gallery de Londres, propriété de Tim Jeffries, où l’on peut trouver le meilleur de la photographie ancienne et contemporaine depuis Man Ray jusqu’à Helmut Newton. Tim Jeffries commente ces nouveaux comportements de collectionneurs : “Auparavant, les pop stars collectionnaient des œuvres d’art comme symboles d’un statut social et culturel, d’une certaine éducation, mais aujourd’hui, la musique est liée à l’art, et les stars achètent des œuvres pour enrichir leur vie. Cela dépasse l’image traditionnelle de la star et de ses voitures tape-à-l’œil.” Yasmin et Simon Le Bon ont également choisi d’orienter leurs acquisitions artistiques sur la photographie, notamment celle de Richard Mapplethorpe, David Bailey et Horst P. Horst.

Bowie, star du papier peint
À la Whitechapel Gallery, à l’est de Londres, l’institution qui a appris à la Grande-Bretagne à aimer l’art contemporain, David Gleeson se souvient que “de nombreuses pop stars ont entrepris d’étudier la peinture ou avaient suivi une formation en art – George Michael, Brian Eno, Keith Harris, certains Beatles et Freddy Mercury. L’idée est d’être créatif dans quelque domaine que ce soit, et alors, quand on a de l’argent, on achète ce qu’on aime.” Sir Paul McCartney, collectionneur légendaire et averti, et David Bowie sont deux exemples de musiciens qui peignent et exposent régulièrement. Jarvis Cocker, le chanteur de Pulp, vit tout près de la Whitechapel Gallery et est lui aussi à la tête d’une importante collection d’œuvres d’art que, tout comme Harry Camp, de Spandau Ballet, il adore montrer. Stella McCartney, créatrice de mode et fille de Sir Paul McCartney, marque également son inclination pour White Cube. Elle est fan de Gary Hume et de Sam Taylor-Wood, et a imprimé certaines de leurs œuvres sur ses vêtements. La chanteuse islandaise Björk vit avec l’artiste Matthew Barney et partage les mêmes goûts que Stella : elles sont toutes deux de grandes admiratrices de Nan Goldin, photographe américaine aux images capturant les scènes les plus intimes de la vie de ses modèles. Damien Hirst est, pour David Bowie, celui qui “incarne [sa] conception de l’artiste contemporain.” Le chanteur était déjà un collectionneur acharné en 1977 ; il achetait notamment des œuvres expressionnistes, mais il possède également des peintures de Pierre Paul Rubens et du Tintoret. Il se dit envoûté par ce qui a été produit au XXe siècle – le surréalisme, l’art abstrait et futuriste –, mais il est aussi un ami proche du collectionneur le plus influent de Grande-Bretagne, Charles Saatchi. Fait assez exceptionnel pour être mentionné, il apprécie tout particulièrement des artistes au profil très britannique, tels Graham Sutherland, Peter Lanyon et Stanley Spencer. En 1993, son ami le marchand d’art Bernard Jacobson l’a présenté à Karen Wright, rédactrice en chef du magazine Modern Painters, qui l’a invité à participer à la publication. Il a consacré ses premiers papiers à ses projets de collaboration avec Eduardo Paolozzi, à son nouvel ami Damien Hirst et à sa passion pour le légendaire Balthus. Il y a quatre ans, Bowie a lancé avec Brian Eno sa collection de papier peint, en collaboration avec Laura Ashley. “Je n’ai pas perdu mon sens de l’humour”, remarque-t-il. Et comme il est toujours prêt à tenter de nouvelles expériences, il a même exposé dans les années 1990 ses premières peintures.

Rock stars artistes collectionneurs
Bryan Ferry, l’ancien chanteur du groupe Roxy Music, a également rendu publiques ses gravures à la même époque. Bryan Ferry est la “rock star artiste” par excellence. Il a étudié la peinture, et l’un de ses premiers albums était un hommage à Marcel Duchamp [album intitulé The bride stripped bare ou La mariée mise à nu par ses célibataires, même]. Aujourd’hui, son artiste préféré est William Sickert.
Une autre collection prestigieuse est celle de la chanteuse américaine Madonna. Sa déclaration : “J’ai acheté mes premiers tableaux dès que j’ai eu du fric” est aujourd’hui célèbre. Son amour pour Tamara de Lempicka, Fernand Léger et Pablo Picasso est de notoriété publique, tout comme celui qu’elle voue aux Mexicains Diego Rivera et Frida Kahlo ; mais ce n’est que l’an dernier, lorsqu’elle a prêté Autoportrait de Frida Kahlo avec un singe pour l’exposition “Surrealism : desire unbound” (“Surréalisme : désir débridé”) à la Tate Modern, à Londres, que sa passion a été révélée au grand public, posant du même coup la question : les pop stars seraient-elles devenues la nouvelle élite des collectionneurs ? Selon Nadine Thompson, directrice des relations publiques à la Tate, “de toute évidence, le fait que les rock stars collectionnent de l’art contemporain aide les artistes. Et lorsque quelqu’un comme Charles Saatchi achète une œuvre, cela fait de la publicité pour l’art – l’effet est indescriptible. Cependant, il ne faut pas oublier que les artistes veulent que l’on parle d’eux en termes choisis et sérieux, même si certains d’entre eux sont des célébrités du rang d’un Salvador Dalí ou d’un Pablo Picasso.” (sic)
Où les rock stars vont-elles chercher conseil ? Aujourd’hui, elles s’entourent de consultants artistiques privés, de la même manière qu’elles ont des acheteurs privés attitrés ; par exemple, toute une équipe gravite autour de Madonna. Les stars vont dans les galeries, mais ce sont surtout les grandes ventes aux enchères qui les passionnent, et ce de plus en plus. Lord Andrew Lloyd Webber, compositeur de comédies musicales à grand succès, est présent à chaque vente d’œuvres préraphaélites. Christie’s a vendu la collection d’Art déco de Barbra Streisand, la moitié de la collection d’Eric Clapton et, en juin 2002, a dispersé la collection de Lars Ulrich, de Metallica, le plus célèbre groupe d’heavy metal. Lars Ulrich avait fait l’acquisition d’œuvres de Jean Dubuffet, de Sam Francis et du groupe Cobra, et a vendu un Basquiat de 1982 pour 2 millions de dollars (1,9 million d’euros).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°163 du 24 janvier 2003, avec le titre suivant : La "collectionnite" des stars de la pop music

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque