Mercredi 19 janvier 2022

L’œuvre d’art la plus chère au monde ne l’est plus

Par Stéphane Renault · lejournaldesarts.fr

Le 7 juillet 2017 - 338 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [07.07.17] - Un contentieux juridique révèle que le tableau de Gauguin Nafea Faa Ipoipo (1892) a été vendu pour 210 millions de dollars en 2014, soit 90 millions de moins qu’annoncé alors.

En 2015, plusieurs journaux rendaient compte de la vente de la toile par Rudolf Staechelin, ancien membre exécutif de Sotheby’s, à la retraite, à un acheteur qatari pour près de 300 millions de dollars, faisant du tableau l’œuvre d’art la plus chère jamais vendue. Lors d’une vente de gré à gré, il est d’usage que le prix convenu reste un secret bien gardé, d’autant plus lorsqu’il atteint un niveau astronomique. Or, à l’occasion d’un procès qui a ouvert mercredi dernier à Londres, le voile a été levé sur les tenants et les aboutissants de cette négociation.

L’histoire commence en septembre 2014, lorsque Staechelin vend la toile à une société appartenant au marchand britannique Guy Bennett pour le compte de l’Emir du Qatar, Sheikh Tamim bin Hamad al-Thani, selon des documents fournis à la cour par les avocats du commissaire-priseur suisse Simon de Pury, par l’intermédiaire duquel l’acheteur et le vendeur ont été mis en relation. Depuis, Simon de Pury réclame au vendeur une commission de 10 millions de dollars sur la vente. Aucun contrat écrit n’a été rédigé stipulant cette commission. Selon l’avocat de de Pury, un tel arrangement strictement oral est courant dans le marché de l’art, sur le principe de la confiance mutuelle. Le vendeur, de son côté, conteste la demande de commission.

Stratégie de défense délibérée ou impair commis malencontreusement, lors d’une interview téléphonique, l’avocat de Staechelin a déclaré que son client avait accepté le prix de 210 millions de dollars sur les conseils du commissaire-priseur, lequel l’avait convaincu qu’il ne pouvait prétendre à des offres plus élevées. Le procès est actuellement en cours.

Reste que cette révélation plus ou moins intentionnelle bouleverse le classement des œuvres d’art les plus chères. Willem de Kooning reprend ainsi la première place avec une toile de 1955 vendue 300 millions de dollars en 2016.

Légende photo

Paul Gauguin, Nafea faa ipoipo (Quand te maries-tu?), 1892, huile sur toile, 101 x 77 cm - © Photo The Yorck Project Wikimedia Commons

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque