Mercredi 16 octobre 2019

Le peintre turc Bedri Baykam agressé pour avoir défendu une statue

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 22 avril 2011 - 368 mots

ISTANBUL (TURQUIE) [22.04.11] – En plein centre d’Istanbul, le peintre contemporain turc Bedri Baykam a été poignardé après s’être opposé au gouvernement de son pays à propos du retrait d’une statue. L’artiste et son assistante auraient été les victimes de fanatiques.

Le 18 avril 2011, dans la ville d’Istanbul, l’artiste turc Bedri Baykam a été victime d’une agression. A la sortie d’un colloque au cours duquel Baykam venait de critiquer la politique gouvernementale, son assistante et lui ont été poignardés. Tout cela pour une histoire de statue.

Le peintre Bedri Baykam s’était rendu à cette conférence pour manifester son désaccord quant au retrait d’une sculpture de Mehmet Aksoy symbolisant la paix entre l’Arménie et la Turquie. A cette occasion, il s’est opposé au gouvernement turc qui souhaitait détruire le monument cette semaine. Pour Baykam, ce Monument à l’Humanité doit impérativement être préservé car il incarne l’amitié entre les deux nations.

Située à Kars, ville de l’actuelle Turquie orientale et de l’ancienne Arménie occidentale, cette statue géante était devenue le symbole d’une controverse entre les capitales des deux pays, Ankara et Erevan, après que le premier ministre Recep Tayyip Erdogan a qualifié ce monument de « monstruosité » lors d’une visite à Kars en janvier dernier. Ce dernier avait alors demandé au maire de la ville de remplacer la statue par un parc.

Le peintre est connu pour avoir mêlé à son œuvre son combat pour la laïcité et contre le conservatisme. Cet artiste provocateur, qui s’est imposé comme un défenseur de la démocratie, est un opposant du Parti de la justice et du développement dirigé par Recep Tayyip Erdogan depuis 2002. Mais, il n’est pas le seul. Le directeur artistique, Tuba Kurtulumus, qui participait à cette réunion avec Baykam a également été poignardé.

Baykam et son assistante ont été rapidement hospitalisés. Leurs jours ne sont pas en danger. Dès le lendemain de son agression, Baykam s’est engagé à poursuivre sa lutte contre la démolition de la statue. Il a même confirmé qu’il serait présent aux côtés d’autres artistes turcs lors des manifestations organisées à Kars le 23 avril prochain pour la préservation du monument. Selon l’artiste, son agression est l’acte de fanatiques religieux qui refusent la démocratisation de la Turquie.

Légende photo

Bedri Baykam dans son atelier à Bedri Baykam - © photo Anil Prasad - 2006 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque