Samedi 15 décembre 2018

La Nuit des musées porte-t-elle bien son nom ?

Par Stefan Cornic · lejournaldesarts.fr

Le 16 mai 2013 - 806 mots

FRANCE [16.05.13] – La 9e Nuit européenne des musées se tient le 18 mai 2013. Les 1300 institutions françaises participantes sont accessibles gratuitement et proposent près de 5000 animations variées aux noctambules toujours très nombreux pour ce rendez-vous annuel. Toutefois, avec une extinction des feux vers 23h30 environ, s’agit-il vraiment d’une « nuit » des musées ?

Riche, par le nombre d’institutions culturelles ouvertes gratuitement à travers la France pour l’occasion, par la quantité, la diversité et l’originalité des animations qu’elle propose, la Nuit européenne des musées rassemble chaque année environ 2 millions de visiteurs en France, selon le ministère de la Culture, organisateur de l’évènement. Samedi 18 mai a lieu la 9e édition, qui se déroule, selon les sites, de 19h à 23h30 environ.

Il est parfois difficile pour le visiteur de se retrouver dans les horaires affichés par les nombreuses institutions participantes. Le site de la Nuit des musées, en apparence très exhaustif, fournit de nombreuses informations sur la programmation des animations mais ne précise malheureusement pas toujours l’heure de fermeture des musées de manière claire.

Des horaires de fermeture très différents

A Paris, la majorité des lieux culturels ferme entre 23h et minuit. Les maisons d’artistes comme le Musée Gustave Moreau, le Musée Eugène Delacroix, le Musée Zadkine, le Musée Bourdelle, ou la Maison de Victor Hugo qui offrent en nocturne une atmosphère unique et intimiste cesseront leurs animations en fin de soirée pour une fermeture à 23h. D’autres lieux ont également choisi cet horaire, comme le Musée Nissim de Camondo et son voisin du parc Monceau, le Musée Cernuschi. Les musées d’Orsay, de l’Orangerie et le Petit Palais fermeront quant à eux à 23h30, tandis que le Musée d’art moderne de la ville de Paris, le Musée du quai Branly, la Cité de l’architecture et du patrimoine accordent la permission de minuit. La magie de lieux comme le Musée de la chasse et de la nature, le Musée de Cluny, qui se prêtent particulièrement à ce type d’ambiance nocturne, s’interrompra également aux douze coups de minuit.

Les plus téméraires dépassant cette limite sont rares, le Musée Rodin, le Muséum national d’Histoire naturelle, la Cinémathèque française ou le Centre Pompidou ferment à 1h. Deux lieux enfin approchent l’horaire de fermeture des métros : le Musée de l’Institut du Monde Arabe et l’Institut Hongrois achèvent cette nuit à 2h du matin. A l’inverse, quelques sites ne proposent guère mieux que des horaires habituels de nocturne, comme le Bal ou le Louvre qui ferment à 22h.

En région, le MaMAC ou le Musée Matisse de Nice ferment également à 22h. Le Palais des beaux-arts de Lille, le CAPC et le Musée des beaux-arts de Bordeaux, le Centre de la Vieille Charité à Marseille, le Musée des beaux-arts de Lyon ou encore le Château de Versailles ferment à minuit. A Strasbourg, le Musée d’art moderne et le Musée des beaux-arts ferment à 1h, tout comme le Musée d’art moderne André Malraux au Havre ou le Musée-atelier Paul Cézanne à Aix-en-Provence.

Une ouverture en nocturne donc, mais la notion de « nuit » à laquelle renvoie l’intitulée de cette célébration peut laisser plus d’un noctambule sur sa faim. Les Nuits blanches proposent, elles, des animations jusqu’au petit matin. Des institutions comme le Centre Pompidou ou le Grand Palais proposent depuis quelques années des ouvertures non stop, 24 h / 24 sur plusieurs jours, pour leurs expositions à succès telles que Picasso, Hopper, ou en 2013, Dali, modifiant les habitudes et le rapport du public quant à sa consommation de culture, dans le cadre d’événements temporaires ou extra-ordinaires.

Initialement la Nuit des musées proposait de découvrir les collections permanentes des musées. Mais les spectacles, concerts, ou visites particulières que les structures proposent, rendent l’événement atypique et unique. Il est également possible dans certains lieux de visiter les expositions temporaires, gratuitement, comme Maurice Pialat ou Jacques Demy à la Cinémathèque, Keith Haring au MAMVP, ou Ronan et Erwan Bouroullec aux Arts Décoratifs. Ceci n’est pourtant pas le cas au Louvre qui ne rend pas accessible son exposition De l’Allemagne 1800-1939, ni au Centre Pompidou pour Eileen Gray.

Pour cette 9e édition, 7 Fonds régionaux d’art contemporains (FRAC Alsace, Bourgogne, Bretagne, France-Comté et Limousin), participent à cette soirée « portes ouvertes ». De plus en plus de structures qui ne sont pas, stricto sensu, des musées profitent donc du succès d’une telle manifestation pour se faire connaître auprès d’un plus large public. Ainsi du réputé Palais de Tokyo, au plus confidentiel Institut Suédois, en passant par le Centre Culturel Suisse et Canadien, de nombreuses institutions culturelles se joignent à la fête.

Cette année, la Nuit européenne des musées coïncide avec la Journée internationale des musées organisée par l’ICOM (Conseil international des musées). Elle est placée également sous son patronage ainsi que de celui de l’Unesco et du Conseil de l’Europe.

Légende photo

L'affiche de la Nuit Européenne des musées, le 18 mai 2013 - source www.nuitdesmusees.culture.fr

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque