Samedi 26 septembre 2020

Hervé Télémaque revient chez Rabouan Moussion

Par Henri-François Debailleux · lejournaldesarts.fr

Le 24 mars 2016 - 459 mots

PARIS [24.03.16] - Hervé Télémaque quitte la galerie Louis Carré & Cie après 22 ans de collaboration pour «Â désaccord » et va rejoindre la galerie Rabouan Moussion qui le représentait déjà dans les années 90.

Le stand de la galerie Rabouan Moussion à Art Paris Art Fair, qui se tient la semaine prochaine, du 31 mars au 3 avril, au Grand Palais exposera le plus récent tableau, « Astre n°2 », réalisé par Hervé Télémaque. Ainsi présentée, l’oeuvre marque le retour de l’artiste dans l’équipe de la galerie dirigée par Jacqueline Rabouan (la mère) et Caroline Moussion (la fille).

Un retour, car Hervé Télémaque (né en Haïti en 1937) a déjà travaillé avec cette galerie, de 1989 à 1993, à l’époque où elle était installée au 110 rue Vieille du Temple, en premier étage et à deux pas d’Yvon Lambert (il était lui au 108 de la même rue). Jacqueline Rabouan organisera cinq expositions d’Hervé Télémaque avant qu’il ne rejoigne la galerie Louis Carré & Cie de Patrick Bongers.

Intitulée « Hervé Télémaque, fusain et marc de café. Deuil : le dessin, l’objet », la première exposition avec son nouveau galeriste se tiendra de septembre à octobre 1994 et lancera le début d’une collaboration qui va durer 22 ans au cours desquels sera présentée une dizaine d’expositions toutes accompagnées d’un catalogue. Cette période va enregistrer une augmentation très importante de sa côte puisqu’aujourd’hui les grands tableaux oscillent entre 120 000 et 180 000 euros et les tableaux historiques dépassent les 200 000. « Certaines oeuvres ont même flirté, en ventes publiques, avec les 400 000 euros frais compris » indique Patrick Bongers. Des prix qui font de Télémaque l’un des artistes les plus chers, avec Erro, de la Figuration Narrative et surtout l’un des plus constants sur le plan du marché. « Mais, explique le galeriste, nous avons eu un petit désaccord et nous avons arrêté de travailler ensemble. »

De son côté Hervé Télémaque précise : « J’aime et je connais bien Jacqueline depuis longtemps et j’expose volontiers à Art Paris et dans sa nouvelle galerie. » Depuis septembre dernier elle a en effet déménagé et s’est installée dans un bel espace, l’ancienne fabrique d’abat-jours de la Maison Toussant, entièrement réaménagée, au 11 rue Pastourelle dans le Marais à Paris, ce qui a dû peser dans la balance. Rappelons qu’Hervé Télémaque a eu une importante exposition au Centre Pompidou-galerie d’art graphique il y a tout juste un an (du 25 février au 18 mai 2015) et qu’il vient de faire l’objet de l’exposition inaugurale des nouveaux locaux (architecte Bernard Reichen) de la Fondation Clément en Martinique.

Hervé Télémaque a perdu 31 places dans le palmarès des artistes contemporains de la scène française (Artindex France 2016 à paraître dans le Journal des Arts du 1er avril 2016) et occupe maintenant la 193ième place.

En savoir plus sur Hervé Télémaque

Légende photo
Hervé Télémaque devant un de ses tableaux © Photo Philippe Migeat / courtesy Centre Georges Pompidou - 2014

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque