Dimanche 25 février 2018

Un musée pour les enfants sages

L'ŒIL

Le 27 novembre 2007

La ville d’Épinal doit sa renommée internationale à ces images populaires que l’on offrait en récompense aux enfants sages et à la fabrique qui y est implantée, créée par Jean-Charles Pellerin en 1796. L’entreprise a connu son âge d’or au milieu du xixe siècle, avant de décliner jusqu’à la faillite. Elle renaît en 1984, soutenue par cinquante actionnaires spinaliens, mais il y a dix ans encore, les bâtiments de l’Imagerie d’Épinal n’étaient qu’un petit atelier au fond d’une cour sombre. Une rénovation en 1989 redonne de l’éclat à cette institution, mais il fallait aller plus loin et, très vite, est née l’idée de la construction d’un nouveau lieu, un musée consacré aux fameuses images. Premier gros travail, les rassembler (beaucoup étaient disséminées dans des collections publiques et privées), les recenser, les trier, en restaurer certaines. Le concours d’architecture s’ouvre en 1999, le cabinet Repérages et ses associés Jean-Luc Gérard et Sigma sont retenus et la première pierre du bâtiment est posée en 2000. Ouvert depuis le 3 mai dernier, le musée s’impose par une architecture résolument contemporaine qui encadre le lieu existant – l’Imagerie d’Épinal –, en s’accordant parfaitement à la partie historique. Le fonds est riche de vingt-trois mille images et deux cent cinquante bois gravés, auxquels vont s’ajouter prochainement mille trois cents bois restaurés de l’Imagerie qui seront déposés au musée. La salle d’exposition permanente traite du statut, des origines, de la fonction des images d’un point de vue à la fois sociologique, historique et artistique, montrant aussi leur influence aujourd’hui dans la bande dessinée ou la publicité. Les deux espaces d’expositions temporaires proposent des approches thématiques – « Napoléon : images d’une légende » actuellement, les contes de Perrault ensuite –, ou monographiques (Dorothée Selz, Jacqueline Salmon). Le musée est relié à l’atelier de l’Imagerie, permettant aux visiteurs de connaître les techniques anciennes et l’histoire de cette entreprise. Gardien d’une mémoire populaire, ce musée se veut aussi un lieu de recherche ouvert sur l’avenir. L’image d’Épinal a encore de beaux jours devant elle.

ÉPINAL (88), musée de l’Image, 42 quai de Dogneville, tél. 03 29 81 48 30, www.epinal.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°548 du 1 juin 2003, avec le titre suivant : Un musée pour les enfants sages

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque