Dimanche 25 février 2018

XIXème siècle

Turpin de Crissé, la passion du paysage

Le Journal des Arts

Le 2 août 2007

Le Musée d’Angers invite à la découverte de Lancelot Théodore Turpin de Crissé,
peintre de paysages quelque peu oublié des historiens de l’art.

ANGERS - Avant la bibliothèque Marmottan à Boulogne-Billancourt en mai, le Musée des beaux-arts d’Angers accueille une grande rétrospective consacrée au peintre Lancelot Théodore Turpin de Crissé (1782-1859). Cet artiste fut l’un des plus généreux donateurs d’objets d’art et d’antiquités du musée. Les prêts en provenance d’une vingtaine d’institutions françaises et étrangères permettent de retracer les différentes périodes de son œuvre. À défaut d’une formation académique, les premières années sont marquées par l’éclectisme : rigueur classique pour les copies de monuments égyptiens, ainsi Vue d’Alexandrie et de la colonne de Pompéi (1800) ; romantisme gothicisant avec les Adieux de René à sa sœur (1806) ; ou encore réalisme comme dans le Paysage avec bestiaux sur une route (1806). La profusion des styles et l’aisance dans leur maniabilité surprend. D’autant que cette dispersion apparente, loin de trahir un manque de personnalité, laisse transparaître une originalité réelle dans la prédominance partout donnée à la lumière et dans les points de vue adoptés.

La présentation du Musée d’Angers distingue le « paysage historique », où le cadre idéalisé est composé en harmonie avec le sujet historique ou mythologique – voir Apollon, chassé du ciel, enseigne la musique aux bergers (v. 1824) –, et les « paysages-portraits ».

Les voyages en Italie, de 1807 à 1838, sont l’occasion de produire de nombreuses esquisses et vues d’après nature de la Rome antique – telle Vue prise de l’intérieur du Colisée (1808) –, mais surtout de l’Italie contemporaine avec Vue sur le Vésuve du port de Portici (1827). Les peintures sont accrochées en regard des dessins et aquarelles préparatoires. Le visiteur peut également découvrir les lithographies de l’album publié en 1828, Souvenirs du golfe de Naples. Des cimaises aux tons de plus en plus chauds ponctuent les destinations successives comme les étapes d’une maturation qui s’épanouit dans le pittoresque vénitien. La Fête sur le Grand Canal à Venise (1840) fourmille de détails minutieux. Le parcours s’achève sur un retour aux sources, avec un repli sur la famille et la nature. Les petits formats intimistes des Études de hêtres (1830-1831) et les premiers paysages pyrénéens révèlent les goûts profonds du peintre.

L’exposition, par le précieux éclairage biographique qu’elle apporte, a le mérite d’opérer une nécessaire remise en contexte des œuvres. Entre les copies d’après Louis François Cassas commandées par le comte de Choiseul-Gouffier, et l’Album de voyage de l’impératrice Joséphine en Savoie et en Suisse (1810), la production de Turpin de Crissé est le reflet de la vie d’un témoin actif de son époque. L’homme de cour sous la Restauration présente aux différents salons de grands paysages néoclassiques, avant de défier les Orléans. Il clame en effet sa fidélité aux Bourbons au travers des tableaux légitimistes La Fête-Dieu à Saint-Germain l’Auxerrois (1830) et Messe à la chapelle expiatoire (1835). C’est aussi à une rencontre avec l’homme que nous convie le Musée d’Angers.

Lancelot Théodore Turpin de Crissé

Jusqu’au 15 avril, Musée des beaux-arts, 14, rue du Musée, 49100 Angers, tél. 02 41 05 38 00, tlj sauf lundi 12h-18h, le premier vendredi de chaque mois jusqu’à 20h. Catalogue, 216 p., Somogy Éditions d’art, 22 euros, ISBN 2-7572-0044-5.

TURPIN DE CRISSÉ

- Commissaires de l’exposition : Patrick Le Nouëne, conservateur en chef du patrimoine, directeur des musées d’Angers ; Caroline Chaine, docteur en histoire de l’art - Nombre d’œuvres : 143

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°251 du 19 janvier 2007, avec le titre suivant : Turpin de Crissé, la passion du paysage

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque