Samedi 15 décembre 2018

Genève (Suisse)

Six mille ans au liban

Musée Rath - Jusqu’au 31 mars 2013

Par Virginie Duchesne · L'ŒIL

Le 22 janvier 2013 - 313 mots

Quatorze ans après l’exposition « Liban, l’autre rive » présentée à l’Institut du monde arabe à Paris, le Musée Rath de Genève explore six mille ans d’histoire religieuse au pays du cèdre. L’occasion d’admirer de nouveau la richesse du patrimoine libanais, mais aussi les découvertes récentes faites au fil des campagnes de reconstruction post-conflits.

La terre libanaise témoigne d’une occupation en continu, depuis le site de Byblos daté de 3500 avant notre ère jusqu’aux stèles funéraires ottomanes mises au jour dans les décombres de la guerre civile de 1975. Le parcours chronologique, limpide, est jalonné d’objets emblématiques de chaque période. Au sous-sol, la jarre funéraire de Byblos évoque les premiers rituels d’inhumation, et les inscriptions retrouvées dans la nécropole de Tyr révèlent un alphabet phénicien naissant. Plus loin, le sarcophage d’inspiration égyptienne taillé dans le marbre grec de Paros inscrit la Phénicie au croisement des influences. Le pays s’ouvre sur un monde gréco-romain où son panthéon se mêle aux dieux olympiens et aux héros tragiques. Présenté pour la première fois, l’imposant sarcophage du Jugement d’Oreste illustre le procès du fils d’Agamemnon encadré de représentations de chasse typiquement proche-orientales.

À partir du IVe siècle, le syncrétisme religieux se nourrit des monothéismes qui s’imposent au Liban. Les superbes mosaïques chrétiennes du site de Chhîm fouillé jusqu’en 2008 côtoient les chapiteaux finement sculptés d’une des premières villes-palais ottomanes édifiée à Anjar au VIIIe siècle. La dernière salle présente les magnifiques icônes du christianisme melkite rassemblées par le collectionneur Georges Abou Adal.

La traversée de soixante siècles de religions permet de saisir la richesse historique du Liban souvent masquée par l’actualité des conflits. À l’initiative de cette exposition d’une grande qualité scientifique, la communauté libanaise de Genève souhaite ainsi faire connaître un patrimoine archéologique sans cesse menacé.

Voir « Fascination du Liban. Soixante siècles d’histoire de religions, d’art et d’archéologie »

Musée Rath, Place Neuve, Genève (Suisse), www.ville-ge.ch/mah

Voir la fiche de l'exposition : Fascination du Liban

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°654 du 1 février 2013, avec le titre suivant : Six mille ans au liban

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque